Petit Yodé et la déferlante zouglou

Stars du zouglou en Côte d’Ivoire au même titre que Magic System, Petit Yodé et l’enfant Siro reviennent avec un deuxième album très remarqué à Abidjan. Cocktail de rythmes, d’humour et de sensibilité,  » Antilaléca  » est à savourer sans modération.

A écouter le premier titre de l’album, on jurerait une nouvelle production de l’école malienne. Les sonorités – au demeurant forts jolies – ne trompent pas. Du moins le croit-on. Car Antilaléca, le deuxième opus de Petit Yodé et de l’enfant Siro est bel et bien un disque de zouglou. Exit les saveurs  » griotiques  » de Bamako, nous voici plongés au coeur même d’Abidjan, qui n’a pas fini de nous révéler tous ses trésors. Dans la même lignée que le célèbre Magic System, le duo ivoirien imprime son propre style à un genre qui a décidément le vent en poupe.

Malgré son nom, Petit Yodé a tout d’un grand. Il est d’ailleurs déjà considéré comme tel depuis longtemps en Côte d’Ivoire. Lui et l’enfant Siro, son frère d’arme avec qui il a débuté la musique voici une dizaine d’années. Ils étaient trois, ils sont aujourd’hui deux. Fifie les a quitté abruptement, emporté par un accident. De leur douleur naîtra l’une des plus belles chanson de l’album. Un chanson émouvante où ils pleurent avec justesse et simplicité la mort de leur ami disparu. Mais qu’on se rassure, Antilaléca n’est pas un album funéraire. Car le zouglou est avant tout une musique festive et conviviale.

Avec A’Salfo de Magic System

Les premiers morceaux vous feront invariablement penser au groupe Magic System. Et pour cause. Le leader de ceux à qui on doit le méga tube  » Premier Gaou  » est un des invités de l’album. Et le morceau  » Un gaou à Paris  » ressemble à s’y méprendre à celui de Magic System sur son deuxième album  » Poisson d’Avril « . Mimétisme mais pas plagiat. Car comme nous l’avons déjà dit, pour ceux qui suivent, Petit Yodé et l’enfant Siro ont su très habilement apposer leur griffe.

Comparaison oblige, leurs tempos sont plus calmes que ceux de Magic System, mais toujours aussi dansants. Les deux artistes coiffent toutefois aisément leurs  » rivaux  » sur les textes. Ils y font également preuve d’une plus grande finesse et de beaucoup d’humour. Savoureux. Même si l’album est parfois quelque peu inégal, il s’écoute avec un plaisir non dissimulé. Une chose est sûre, vous serez tout sauf déçus.

Petit Yodé et l’enfant Siro, Antilaléca, 2002, JPS prod.

Lire aussi :

Magic System : le nouveau porte-drapeau de la musique africaine.

Gaou toi-même !