Gaou toi-même !

Magic System aura fait danser toute l’Afrique et plus encore avec leur titre phare  » 1er Gaou « , extrait de l’album du même nom. Un premier album qui n’est malheureusement pas à la hauteur de son hit. Inspiration en berne et textes très controversés viennent sérieusement ternir l’image du jeune groupe ivoirien. Pas si magic que ça.

Aux premières mesures du morceau, tout le monde l’a déjà reconnu et investi la piste avec ferveur.  » 1er Gaou  » est un tube, un hit, une valeur sûre de toutes les bonnes soirées, une pièce d’artillerie lourde des dance floor d’Afrique et d’ailleurs. Le groupe ivoirien Magic System ne pouvait rêver meilleure carte de visite, pour se propulser avec force directement en haut de l’affiche. Mais à l’écoute de l’album au titre phare éponyme, le jeune quatuor d’Abidjan baisse irrémédiablement dans notre estime, par la facilité de leur musique et la teneur parfois choquante de leurs textes.

 » 1er Gaou  » n’est peut-être pas un nouvel album, mais il semble judicieux de remettre aujourd’hui les pendules à l’heure sur des  » ambianceurs  » intronisés comme tel malgré quelques manques artistiques et surtout des messages véhiculés avec une irresponsabilité à faire froid dans le dos.

Anti-avortement et relents ethniques

 » N’a-t-on pas dit que l’avortement est un crime « , phrase que l’on peut entendre dans le titre  » Pourquoi  » de l’album. Et l’on se demande justement bien pourquoi un groupe aux allures si fraîches et dynamiques se prend à militer ouvertement contre l’avortement. Alors, on croit avoir été le jouet d’hallucinations acoustiques, mais le livret du disque nous le confirme sans ambiguïté. Et comme commentaire du morceau, on peut lire, effaré : « C’est une lutte contre l’avortement qui nuit sérieusement aux jeunes filles (…) Ils vont donc en guerre contre celles qui pratiquent l’avortement et encouragent les autres à ne pas les suivre « . Gaou toi-même. (Le terme gaou peut être traduit par péquenot en français).

Pire encore, paroles malheureusement plaquées sur  » Mi Wangno « , l’un des meilleurs morceaux rythmiques de l’album, le spectre ethnique vient se dresser de toute sa stupidité dans l’inspiration du groupe. En substance, il faut entendre qu’un Bété vaut mieux qu’un Baoulé qui, lui, n’a pas de parole. Et que de toute façon un Baoulé en vaut bien un autre.

L’histoire : un Baoulé s’en va au stade pour un match de foot, chemin faisant il croise un Bété qui soutient l’équipe adverse. Ce dernier lui propose un étrange marché :  » Si Assec marque, il faut me gifler, si Africa marque j’ai droit te tuer « . Le Baoulé accepte. Et l’Assec marque. A plusieurs reprises. Mais  » sans discuter le Bété y tend sa joue, parce que le Baoulé c’est pas bété ivoire  » et se prend dignement ses gifles. Bien que battu, l’Africa sauve l’honneur avec un petit but. Mais le Baoulé qui  » paye pas crédit  » a pris soin de s’enfuir. Qu’à cela ne tienne, pour solder l’ardoise, le Bété giflera dix-sept spectateurs Baloués. L’humour noir de Magic System, si tant est que cela en soit, est des plus obscurs. Et à bien des égards apparaît même dangereux.

Pas un monstre de créativité

Déçu des messages, certains pourront également être déçus de la force artistique de l’album. Sans sombrer dans la facilité mais presque, le groupe enchaîne les titres à la saveur neutre de morceaux ni bons ni mauvais dont certains ont, au demeurant, le tort de trop se ressembler. A l’écoute attentive de l’album  » 1er Gaou « , la façade du succès de Magic System se fissure. Une hirondelle ne fait pas le printemps et un tube ne fait pas un groupe. Et il a encore beaucoup de chemin à parcourir pour asseoir sa prestance et sa maturité. Car il semble difficile et il serait regrettable que l’on puisse rester star avec une mentalité aussi étriquée et rétrograde.

Faut-il cautionner alors un tel groupe ? Oui à condition, en toute bonne foi, de ne pas être au courant du fin mot de l’histoire ou de faire prévaloir la forme sur le fond et de faire abstraction d’une partie de ses textes. Mais désormais n’allez pas dire que vous n’étiez pas prévenu…

Magic System  » 1er Gaou  » 2000 Sonodisc

Commander le disque

Lire aussi ;

 Magic System : le nouveau porte-drapeau de la musique africaine

 Le vrai-faux retour de Magic System