Le Sahara deux fois plus mortel que la Méditerranée selon l’ONU


Lecture 3 min.
Migrants en mer
Immigration clandestine en Méditerranée

Chaque année, des milliers de migrants d’Afrique subsaharienne entreprennent un voyage périlleux vers l’Europe. Ils affrontent des zones de conflit et de dangers extrêmes. Récemment, un rapport de l’ONU et du Mixed Migration Centre a révélé que ces voyages terrestres à travers le Sahara sont maintenant deux fois plus mortels que les traversées de la Méditerranée.

L’étude souligne ainsi une crise humanitaire majeure souvent négligée.

Les dangers du Sahara

De manière alarmante, le Sahara, cette vaste étendue désertique, est devenu un lieu de violences extrêmes. Les migrants y subissent des sévices horribles tels que l’esclavage, le prélèvement d’organes, le viol, et l’enlèvement pour rançon. Vincent Cochetel, envoyé spécial du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), a rapporté une augmentation dramatique des risques. En effet, 18 % des migrants interrogés ont signalé des enlèvements, contre seulement 2 % il y a quatre ans.

Statistiques alarmantes

Par ailleurs, les chiffres sont tout aussi accablants. Plus de 1 180 personnes ont perdu la vie en traversant le Sahara entre janvier 2020 et mai 2024, un nombre que les experts considèrent comme largement sous-estimé. Pendant le premier semestre de cette année, plus de 72 000 migrants ont tenté la traversée de la Méditerranée, et 785 personnes sont mortes ou ont été portées disparues durant cette période. En 2023, plus de 3 100 personnes ont perdu la vie en tentant de rejoindre l’Europe par voie maritime.

A Lire aussi : La Tunisie poursuit son combat contre l’immigration clandestine portée par l’Afrique subsaharienne

Témoignages de l’horreur

En outre, les récits des migrants sont poignants et révèlent l’ampleur de la tragédie. Ils décrivent des corps abandonnés dans le désert et des survivants traumatisés par des violences physiques et sexuelles. Le rapport indique également que le trafic d’organes est une pratique courante, avec des migrants souvent drogués et dépouillés de leurs organes sans leur consentement.

Appel de l’ONU à l’action

Malgré les risques élevés, les flux migratoires continuent de croître. Les conflits récents et l’instabilité dans des pays comme le Mali, le Burkina Faso, et le Soudan incitent encore plus de personnes à risquer ce voyage dangereux. La crise économique, la répression politique et les effets dévastateurs du changement climatique exacerbent cette situation. Cela oblige les populations à fuir vers le nord malgré les dangers.

Les auteurs du rapport critiquent l’inaction internationale et les grandes lacunes dans la protection et l’aide aux migrants. Ils pressent une intervention urgente pour mieux informer les responsables politiques et apporter des réponses efficaces à cette crise humanitaire.

Newsletter Suivez Afrik.com sur Google News