Konaré laisse la place à ATT

Les résultats complets provisoires confirment la victoire de l’ex-général Amadou Toumani Touré à l’élection présidentielle malienne. Il remplacera Alpha Oumar Konaré le 8 juin prochain et aura la lourde tâche de redresser la situation économique et sociale du pays.

Le général à la retraite Amadou Toumani Touré, surnommé ATT par les Maliens, succèdera le 8 juin prochain à Alpha Oumar Konaré à la tête de l’Etat malien. Les résultats complets provisoires, qui seront confirmés dans les prochains jours par les juges de la Cour constitutionnelle du Mali, lui donnent 1 099 653 voix, soit 64,35% des suffrages.

Son adversaire, Soumaïla Cissé, candidat du parti au pouvoir depuis dix ans (Adéma), remporte 35,65% des voix et accepte sa défaite avec philosophie.  » Je félicite le général Amadou Touré et je souhaite que, durant son mandat, le pays soit en paix « , déclarait-il avant même la proclamation des résultats complets.

Soldat de la démocratie

De son côté, ATT s’est dit conscient de  » l’immensité  » de la tâche qui l’attend, notant que  » le terrain politique est plus rude que le terrain militaire « . En effet, malgré ses productions d’or et de coton, le Mali est classé parmi les pays les plus pauvres de la planète et la moitié de la population ne sait ni lire ni écrire. Des défis importants attendent donc l’ancien chef des commandos parachutistes qui se destinait dans son jeune âge à l’enseignement.

Né en 1948 à Mopti, Amadou Toumani Touré a déjà dirigé le Mali lors de la transition de 1991-1992. Tombeur du régime dictatorial de Moussa Traoré, il est alors à la tête du Comité de transition pour le salut du peuple (CTSP) dont la clé de voûte est la Conférence nationale (29 juillet-12 août 91) qui réunit les délégués des divers groupes sociaux et politiques du Mali, rédige une nouvelle Constitution (adoptée par référendum en 92), définit une charte des partis politiques et instaure un code électoral. Il s’engage à se retirer des affaires publiques après le déroulement d’élections démocratiques et tient parole, remettant le pouvoir à Alpha Oumar Konaré, élu par les Maliens.

Celui que l’on surnomme aussi le  » soldat de la démocratie  » a pris sa retraite de l’armée en septembre dernier. Juste à temps pour se présenter à la présidentielle.

Lire aussi :

2002, année ATT ;

Elections maliennes : la tendance se confirme ;

Premiers résultats partiels ;

la tendance se confirme ;

Les Maliens ont voté dans le calme ;

L’interview de Amadou Toumani Touré ;

L’interview de Soumaïla Cissé ;

Le portrait d’un militant de Boubacar Keïta.

Micro-trottoir à Bamako.