Dis-moi pour qui tu votes

L’élection présidentielle de dimanche est un scrutin majeur pour les Maliens. Après dix ans passés au pouvoir, Alpha Oumar Konaré n’a pas désigné de dauphin parmi les 24 candidats en lice. Mais dans les rues de Bamako, on a déjà sa petite idée sur le candidat idéal. Micro-trottoir.

De notre envoyée spéciale à Bamako

24 candidats. Jamais élection présidentielle n’aura connu un aussi grand nombre de candidats au siège suprême.  » C’est vraiment du gâchis « , note Mohamed, agent administratif de 40 ans.  » Parmi les 24, il n’y en a que 4 ou 5 de sérieux. Pour les autres, c’est jeter de l’argent par les fenêtres que de faire campagne. De toute façon, je ne sais pas pour qui voter. Je n’ai même pas ma carte d’électeur. ATT (Amadou Toumani Touré) a de bonnes chances mais lors de sa campagne, il s’est montré trop indépendant, je n’ai pas aimé.  »

Adiatou, qui travaille dans le même bureau que Mohamed n’ira pas voter non plus car  » aucun des candidats ne fait mon affaire « , dit-elle dans un éclat de rire. Pourtant, les Maliens dans leur ensemble, et les Bamakois en particulier se sont intéressés de près à cette campagne électorale qui a débuté le 6 avril et prendra fin vendredi 26 à minuit. Pour s’en convaincre, il suffit d’assister à l’un des meetings des quelques favoris qui rassemblent une foule en délire : ATT (ex-général qui a gouverné le pays de 1991 à 1992, à l’issue de la chute du gouvernement de Moussa Traoré), Soumaïla Cissé (candidat de l’Adema, le parti au pouvoir), Ibrahim Boubacar Keïta dit IBK (ancien Premier ministre de Konaré et soutenu par 16 partis politiques) et, dans une moindre mesure, Choguel Kokalla Maïga, du Mouvement patriotique républicain.

Second tour probable

 » J’hésite encore entre ATT et Maïga « , explique Ismaël, manutentionnaire.  » Je suis né en 1960, je suis un fils de l’indépendance et je connais bien ceux qui se présentent. Je crois que je vais attendre le dernier moment pour me décider. Je pense que Maïga, même s’il est moins populaire, pourrait créer la surprise et arriver au second tour.  » Ahmadou, cinquantenaire, professeur de linguistique à la fac, ne veut  » pas d’un militaire, même habillé en civil « . Il ne votera donc pas pour ATT. Plus pour Cissé. Par attachement à l’Adema. Diarra, 27 ans, chauffeur de taxi, est pour IBK à 100%,  » car quand il était Premier ministre, il a fait du bon boulot, c’est un homme direct et droit « . Kadiatou, coiffeuse de 25 ans, pense la même chose.

Ahmadoun, secrétaire de direction, invite à voter ATT,  » car ce sera une avancée pour notre démocratie. Il nous faut un homme de consensus comme lui.  » Ce n’est pas Mohamed, jeune juriste qui dira le contraire.  » ATT est le seul homme fiable parmi les 24 candidats pour diriger le Mali actuel.  »

A quelques heures de la clôture de la campagne électorale, les Maliens sont partagés, ce qui laisse présager la tenue d’un second tour, aucun des trois favoris n’étant sûr de l’emporter au premier. Après une débauche de moyens incroyable (affiches, pagnes imprimés, moyens de transport allant jusqu’à l’hélicoptère pour Soumaïla Cissé), les Maliens vont devoir faire leur choix. Une chose est sûre : ils voteront dimanche pour un homme plus que pour un programme. Pour les aider, les fanatiques du PMU, ont édité aujourd’hui une liste comparant les candidats à des chevaux pour la course du 28 avril.

Terrain : Koulouba (le palais présidentiel), distance : 2400 mètres, allocation : 5000 000 F.

Les pronostics ne sont pas en reste : les favoris sont le n°3 (ATT),  » peut gagner avec succès (attention) « , le n° 22 (Cissé),  » bon coureur de fond (méfiance)  » et le n°9 (IBK), « probablement dans le tiercé « .

Que le meilleur gagne.