Youssouf Fofana écope de la perpétuité dans l’affaire Halimi

La cour d’assises pour mineurs de Paris a rendu son verdict dans l’affaire Halimi ce vendredi. Youssouf Fofana, chef du gang des barbares, écope de la peine maximale, avec une période de sûreté de 22 ans. Cette décision clôt un procès de près de trois mois marqués par de nombreuses provocations du principal accusé.

Youssouf Fofana, « cerveau » du gang des barbares, finira ses jours en prison. La cour d’assises pour mineurs l’a condamné à la pérpétuité, avec 22 ans de sûreté ce vendredi. Il a reconnu avoir séquestré, puis torturé à mort Ilan Halimi, jeune homme de confession juive, en février 2006. Le 28 mai dernier, durant son procès, il déclarait : « Oui, c’est moi qui l’ai fait, vous savez bien que je l’ai fait… Et j’en suis fier !». Le verdict met un terme à trois jours de délibération. En rendant son verdict, le tribunal a suivi les réquisitions du procureur général.

Ses 26 coaccusés écopent de peines allant de 6 mois à 18 ans de réclusion criminelle. Ses principaux complices ont été condamnés à 15 et 18 ans de prison. La jeune fille qui avait attiré IlanHalimi dans le piège mortel a été condamnée, elle, à neuf ans de prison. Ilan Halimi est enlevé le 21 janvier 2006. Les principaux complices de Youssouf Fofana ont aidé à le séquestré pendant 24 jours dans une cité HLM de Bagneux (Hauts-de-Seine) afin d’obtenir une rançon. Trois semaines plus tard, le cerveau de la bande conduit le prisonnier dans une forêt. Il le blesse mortellement, puis le brûle à l’aide d’un liquide inflammable en utilisant un briquet.

Un accusé qui revendique son antisémitisme

Le procès de Youssouf Fofana a démarré le 29 avril à huis clos. Durant son procès, le Franco-ivoirien n’a cessé de multiplier les provocations et tenu des propos antisémites. Dès le deuxième jour d’audience, il avait menacé les jurés, entraînant le départ de la famille Halimi et des parties civiles. Youssouf Fofana a récusé une trentaine d’avocats, dont Isabelle Coutant-Peyre à qui il reprochait d’avoir un nom trop « juif ». Le 11 juin, il avait été exclu de l’audience après avoir jeté ses chaussures en direction du banc des parties civiles. « Il y a tous les juifs du monde dans le box, ce sont mes ennemis. C’est un attentat arabe à la chaussure piégée », avait-il lancé. Le meurtre d’Ilan Halimi et le procès ont suscité une vive émotion en France.

Lire aussi :

 Youssouf Fofana extradé et incarcéré à la prison de Rouen

 Youssouf Fofana bientôt en France

 Youssouf Fofana : l’étrange défaite de l’humanisme