Un millier de signatures pour la pétition contre Pascal Sevran

Une pétition électronique lancée contre les propos de l’animateur de télévision français, Pascal Sevran, sur la famine en Afrique, a recueilli plus d’un millier de signatures en moins de deux mois. A paris, Louis Keumayou, le président de l’Association de la presse panafricaine (APPA), qui a lancé l’initiative, estime que cette mobilisation est le signe d’une adhésion populaire à sa démarche.

Selon Louis Keumayou, président de l’Association de la presse panafricaine (APPA), qui avait lancé la pétition, « le cap de 1.039 signatures » a été franchi depuis le début de l’année 2007. « Ce chiffre prouve l’adhésion populaire que notre démarche a obtenue contre des propos inadmissibles. Les signatures viennent de toutes les régions du monde et des citoyens de toutes origines sociales. C’est un élément de réconfort », a-t-il affirmé à la PANA.

M. Sevran avait répété le 6 décembre, dans un entretien avec le quotidien régional Var Matin, ses écrits dans un livre paru en janvier 2006 et dans lequel il explique la famine en Afrique par la surnatalité. »L’Afrique crève de tous les enfants qui y naissent sans que leurs parents aient les moyens de les nourrir. Je ne suis pas le seul à le dire. Il faudrait stériliser la moitié de la planète », a écrit Pascal Sevran dans « Le privilège des Jonquilles » paru chez Albin Michel. « Et alors ? C’est la vérité ! », avait persisté l’animateur de télévision, dans Var-Matin, provoquant les protestations du gouvernement nigérien et des associations de défense des droits de l’homme.

Les autorités françaises n’ont pas réagi

« Nous avons été déçus par l’attitude des autorités françaises dans cette affaire. Le ministère de la Justice ne s’est pas auto saisi pour demander l’ouverture d’une procédure judiciaire contre M. Sevran. Il l’a fait dans d’autres situations moins graves que les propos tenus sur la famine en Afrique. Cette tiédeur des autorités françaises est, pour nous, inexplicable », a regretté Louis Keumayou.

L’APPA, qui regroupe les correspondants des médias africains en France, a saisi le Rapporteur spécial des Nations unies sur les discriminations, le Sénégalais Doudou Dieng, du cas de Pascal Sevran. Lors d’un passage à Paris en décembre dernier, M. Dieng a précisé qu’il a interpellé les autorités françaises sur les propos de l’animateur, promettant d’évoquer son cas dans son rapport final au secrétaire général des Nations unies.La chaîne de télévision et de radio publique française RFO (réseau France outre-mer) a, de son côté, décidé de supprimer de sa grille de programme l’émission de Pascal Sevran intitulée « Chanter la vie ».

A lire aussi :

 Pascal Sevran répond à la polémique sur « la bite des noirs »

 Le Cran attaque Pascal Sevran en justice

 Pascal Sevran présente ses excuses