Le Niger porte à son tour plainte contre Pascal Sevran

Le gouvernement nigérien décide à son tour de porter plainte contre Pascal Sevran pour ses propos sur « la bite des Noirs responsable de la famine en Afrique ». Le Niger est particulièrement visé dans le roman par lequel la polémique est arrivée. Dans son communiqué, le pays juge les propos de l’animateur « dignes de Goebbels ».

On n’est jamais mieux servi que par soi-même. Alors après le Collectifdom (Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais) et le Cran (Conseil représentatif des associations noires), l’Etat nigérien a annoncé samedi soir à travers un communiqué lu à la radio qu’il a, à son tour, « décidé de saisir les tribunaux français » contre Pascal Sevran. Niamey exige que « justice et réparations soient faites » après les déclarations de l’animateur de la télévision publique française concernant « la bite des noirs responsable de la famine en Afrique ».

Pascal Sevran s’est déjà excusé et a démenti par la suite avoir tenu ces propos, expliquant que c’est la question d’un journaliste de Var Matin qui était ainsi formulé et qu’il y avait répondu par l’affirmative. Mais il a répété qu’il ne changeait pas une ligne du livre publié en janvier dernier, Le privilège des jonquilles, et par lequel la polémique est arrivée. Le Niger, qui a connu en 2005 ce que Niamey appelle une crise alimentaire et non une famine, y est particulièrement visé.

Des causes multiples à la famine

« Niger. Safari photo insoutenable. Des enfants, on en ramasse à la pelle dans ce pays (est ce un pays ou un cimetière ?) où le taux de fécondité des femmes est le plus élevé au monde, peut-on y lire. 9 enfants en moyenne par couple. Un carnage. Les coupables sont facilement identifiables, ils signent leurs crimes en copulant à tout va. La mort est au bout de leur bite. Ils peuvent continuer puisque ça les amuse… ». Au journaliste qui demande à Pascal s’il confirme ces propos, il répond « Et alors ? C’est la vérité. L’Afrique crève de tous les enfants qui y naissent sans que leurs parents aient les moyens de les nourrir. Je ne suis pax le seul à le dire (…) Oui, il faudrait stériliser la moitié de la planète ».

Le problème est bien la façon dont l’animateur s’est exprimé. Parmi les causes de la famine et de la sous-alimentation chronique au Niger, notamment chez les enfants, nombre d’observateurs relèvent le fort taux de natalité chez certaines populations. Mais ils n’y voient que l’une des causes, avec la pauvreté, les aléas climatiques, la spéculation ou la qualité de l’agriculture, qui baisse notamment en raison de la forte croissance démographique et de l’augmentation de l’occupation des sols.

Le gouvernement tente d’ailleurs d’agir – timidement – sur ces pratiques à travers des Plans familiaux, a récemment expliqué à Afrik Ari Malla, le directeur de cabinet du Premier ministre nigérien et Coordinateur du Secrétariat permanent Stratégie de réduction de la pauvreté. Plus que le taux de natalité, le Cilss (Comité inter-états de lutte contre la sécheresse dans le Sahel) et la Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) mettent en avant « les naissances rapprochées » et « les mauvaises habitudes alimentaires » qui rendent une partie de la population plus « vulnérable ».

« Des insanités dignes de Goebbels »

Le 12 décembre, à l’occasion d’une conférence de presse organisée par l’Association de la presse panafricaine (APPA), Dominique Soppo, président de SOS-racisme, avait estimé que les propos de Pascal Sevran « renforcent les clichés très éculés sur la sexualité et la fainéantise des noirs ». A travers le communiqué lu samedi soir, Mohamed Ben Omar, le porte-parole du gouvernement nigérien, a jugé que les passages du livre de l’animateur « sont on ne peut plus racistes et font un éloge de l’eugénisme dont M. Pascal Sevran est l’apôtre patenté ». Ce sont des « insanités dignes de Goebbels » (le chef de la propagande du régime nazi), a-t-il ajouté, et « caractéristiques des thèses fascistes ». Peut-être de quoi relancer la polémique et permettre à l’animateur de porter plainte à son tour… ?

Lire aussi :

 Les crises alimentaires dans le Sahel : une affaire de pauvreté

 « Niger : autopsie d’une crise alimentaire »