Togo : Faure Gnassingbé fait le ménage au sommet de l’armée

Depuis quelques jours, l’on note d’importants changements au sommet des Forces Armées Togolaises (FAT). De nombreux analystes de la politique togolaise s’attendaient à ces bouleversements après la « tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat », en avril, attribuée à Kpatcha Gnassingbé, demi-frère du Président de la République, ex-ministre de la Défense et député à l’Assemblée nationale togolaise.

Notre correspondant au Togo

Comme on pouvait s’y attendre, le lieutenant-colonel Rock Balakiyèm Gnassingbé, demi-frère aîné du président de la République, Faure Gnassingbé, et patron du Régiment Blindé de Reconnaissance et d’Appui (RBRA) a été affecté à l’état-major. Sans aucune fonction précise, Rock redevient ainsi simple officier, et est remplacé par le commandant Yodi précédemment chef de l’escadron blindé du Régiment Commando de la Garde Présidentielle (RCGP).

Cette mise entre parenthèse du lieutenant-colonel Rock Gnassingbé serait due à son intervention pour sauver son frère, le député Kpatcha Gnassingbé, lors de la « fusillade de Pâques » à son domicile dans la nuit du 12 au 13 avril dernier. Kpatcha, cerveau présumé d’une « tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat », était alors poursuivi par les forces de l’ordre et est, depuis son arrestation, enfermé dans un endroit tenu secret par les autorités togolaises.

Rétrogradations en cascade

Mais Rock Gnassingbé, s’il est celui sur lequel l’attention s’est focalisée, n’est pas le seul à avoir fait les frais de l’opération de toilettage commanditée par le chef de l’Etat. Ainsi, le lieutenant-colonel Odikro Atoèmne a dû céder sa place au lieutenant-colonel Bamabo Nampukine à la tête du Régiment de Soutien et d’Appui (RSA). Le lieutenant-colonel Emmanuel Kodjo Kègnon remplace le commandant Kémence Oyomé à la tête du 1er Régiment Inter-Armés (1er RIA). Le lieutenant-colonel Yao Kpèlenga, qui commandait le 2ème Régiment Inter-Armes (2ème RIA), devient le nouveau chef du Régiment Commando Parachutiste de Kara (RCP) à la place colonel Lémou. Le lieutenant-colonel Eugène Nyakouafrè est le nouveau patron du 2ème RIA. Le commandant Séi-Gbati prend le commandement du 4ème Régiment Inter-Armes (4eme RIA), en lieu et place du lieutenant-colonel Daro Tchédré. Le commandant Baly, ex-patron du commandement du Régiment Commando de la Garde présidentielle prend la tête de l’état-major de l’Armée de Terre en remplacement du général. Béréna Gnakoudè mis en congé libéral. Il a été remplacé par son adjoint, Samyè.

Bien avant ce vaste « toilettage » au sein des FAT, quelques poids lourds de l’armée togolaise s’étaient déjà vus débarqués de leurs postes. On retiendra surtout le nom du Général Zakari Nandja de l’état-major général des FAT, remplacé par le Général Ayéva Essofa. Au total dix-huit militaires et un officier de police ont été rétrogradés.

Dans certains milieux, on pense que ces rétrogradations désordonnées des proches de Kpatcha ne sont pas de nature à consolider le pouvoir du jeune Président Faure Gnassingbé. Ces décisions divisent également la famille Gnassingbé et l’armée, même si chacun rumine sa colère en silence. Pour l’heure, les commentaires vont bon train au sein de la population… en attendant la tenue effective des élections prévues entre février et mars 2010.

Lire aussi :

 Faure contre Kpatcha Gnassingbé : les raisons du conflit

 Togo : les autorités exhibent des preuves accablantes contre Kpatcha Gnassingbé

 Togo : Kpatcha Gnassingbé arrêté

 Togo : la guerre des frères Gnassingbé est ouverte