Togo : Kpatcha Gnassingbé arrêté

Le député du RPT au pouvoir, Kpatcha Gnassingbé, a été arrêté ce mercredi matin après avoir tenté de se refugier à l’ambassade des Etats-Unis à Lomé, la capitale du Togo. Il est accusé d’avoir préparé un complot contre Faure Gnassingbé. Kpatcha Gnassingbé nie les faits qui lui sont reprochés. Ses présumés complices interpellés, dimanche soir, seraient passés à l’aveu.

Notre correspondant au Togo

Malgré l’immunité parlementaire qui le couvre, Kpatcha Gnassingbé, l’ancien ministre togolais de la Défense, a été arrêté ce mercredi matin à Lomé. Des officiers de l’armée togolaise interpellés dimanche soir, à son domicile, auraient avoué qu’il était effectivement le cerveau d’un putsch qui visait le président togolais, Faure Gnassingbé. Les autorités du pays indiquent que suite à ces aveux un mandat d’arrêt avait été délivré contre Kpatcha Gnassingbé.

Le député du RPT au pouvoir, aurait tenté de se réfugier à l’ambassade des Etats-Unis située à 5 minutes environ de son domicile. Les éléments de la gendarmerie et de l’armée togolaise ont pris d’assaut les entrées de l’ambassade, contraignant le demi-frère du président à se rendre, selon des témoins.

Deux morts et trois blessés, lors de la fusillade de dimanche

Dans la nuit de dimanche 12 avril dernier, le domicile de Kpatcha Gnassingbé, a été attaqué pendant plusieurs heures par des hommes armés. Le bilan fait état de deux morts, trois blessés ainsi que d’importants dégâts matériels.

A Kara, région natale des Gnassingbé, « Ewaou », une station radio installée par Kpatcha Gnassingbé, sans aucune autorisation préalable de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) été interdite d’émission.

La population, quant à elle, semble indifférente à la situation et vaque librement à ses occupations à Lomé où les forces de l’ordre sont visibles dans les artères de la capitale. « Nous gardons tout de même une oreille attentive sur les derniers évènements du pays », affirme Moussa Seydou, un conducteur de taxi-moto.

Lire aussi:

 Togo : la guerre des frères Gnassingbé est ouverte