Togo : les autorités exhibent des preuves accablantes contre Kpatcha Gnassingbé

arsenalKpatcha.jpg

Kpatcha Gnassingbé, député du RPT (parti au pouvoir) et frère du président togolais, Faure Gnassingbé, est en détention depuis mercredi matin pour tentative de coup d’Etat. Ses complices sont passés aux aveux. Et la gendarmerie nationale a présenté, jeudi, à la presse, le matériel de guerre qu’il entreposait à son domicile. Reportage.

Notre correspondant au Togo

arsenalKpatcha.jpgLa gendarmerie togolaise a présenté, jeudi, à la presse les éléments matériels qui incriminent le député Kpatcha Gnassingbé. Il s’agit essentiellement de matériel de guerre. Il est composé de pistolets, de fusils mitrailleurs de fabrication chinoise, des gilets pare-balles, des carabines, de fusils de chasse, d’une caisse de grenades lacrymogènes, de munitions, de porte chargeurs, d’une jeep de commandement munie d’un système de transmission militaire de type Land Cruiser, d’une autre jeep armée, de tenues militaires, de téléphones portables, de 15 postes émetteur-récepteurs, des cordelettes, de plaques d’immatriculation (dont des types étrangères), des T-Shirts, des tissus de treillis, paires de jumelles, des bottes de combat, de 4 ordinateurs portables, d’une imprimante portable…

Quel sort sera réservé à Kpatcha Gnassingbé?

arsenalKpatcha1.jpgTout cet arsenal a été saisi au domicile du député, à Lomé, d’après les explications du Procureur de la République, Robert Bakaï. « Ceci n’est qu’une partie des résultats de la fouille opérée par la gendarmerie », a-t-il précisé. Le procureur s’est abstenu de tout commentaire sur le lieu de détention M. Kpatcha Gnassingbé. Pour lui, le demi-frère du Président court en temps normal la peine de mort pour « complot » et « tentative d’attentat contre la sûreté de l’Etat », pour ces « indices graves » impliquant l’honorable député comme organisateur du complot. Mais par principe, « le Togo ayant ratifié le protocole sur les droits civils, ce texte est tombé en désuétude », a expliqué l’autorité judiciaire, avant d’ajouter que les détenus ne sont pour le moment pas coupables. « Ils jouissent de la présomption d’innocence. Nous avons pris des dispositions pour que sa détention (parlant de Kpatcha) soit beaucoup plus humaine, plus acceptable », a ajouté le procureur.

arsenalKpatcha2.jpgDans la matinée du jeudi, le bureau de l’Assemblée nationale s’est réuni et a pris acte du flagrant délit qui a entrainé l’inculpation du député et ancien Ministre de la Défense, Kpatcha Gnassingbé. « Le bureau souhaite que la procédure judiciaire se poursuive dans la sérénité et dans le respect scrupuleux des droits fondamentaux prévus par la Constitution du Togo », indique un communiqué. Une information judiciaire a été ouverte pour tentative d’attentat contre la sûreté de l’Etat, groupement de malfaiteurs, rébellion, violences volontaires avec usage d’armes à feu, et complicité de violences volontaires. Kpatcha Gnassingbé « est à la disposition de la justice », a déclaré le procureur de la République.

Kpatcha Gnassingbé, a été arrêté mercredi matin après avoir tenté de se refugier à l’ambassade des Etats-Unis à Lomé.

Lire aussi :

 Togo : Kpatcha Gnassingbé arrêté

 Togo : la guerre des frères Gnassingbé est ouverte