Sénégal : confusion autour de la date de l’Aïd el Fitr

Comme à l’accoutumée, une partie de la communauté musulmane sénégalaise célèbre, avant l’heure exacte, l’Aïd el Fitr, fête marquant la fin du Ramadan. Plusieurs chefs religieux avaient appelé leurs disciples d’attendre l’apparition ce samedi du croissant lunaire, mais la communauté « Ibadourahmane » a annoncé, contre toute attente, la célébration ce vendredi de la prière de l’Aïd el Fitr. Or, la Commission nationale de concertation sur le croissant lunaire (CNCCL) doit officiellement déclarer la fin du jeûne ce soir.

(De notre correspondant)

Apres avoir scruté sans succès l’apparition du croissant lunaire au Sénégal, Talla Diop, membre de la petite communauté des « Ibadourahmane », et chargé de communication de la Commission d’observation du croissant lunaire (COCL), a informé ce vendredi la presse nationale et internationale de la célébration de l’Aïd el Fitr. « Le croissant lunaire a été aperçu au Mali et au Niger et également en Egypte, ce qui prouve la fin du mois de jeûne », a-t-il révélé. Ce porte-parole assure que sa structure « a pris toutes les dispositions pour le bon déroulement de la prière dans plusieurs endroits de la région de Dakar, dont la mosquée de l’université Cheikh Anta Diop, dans les départements de Rufisque et Pikine, ainsi qu’à l’intérieur du pays ». Selon M. Diop, la prière devait être dirigée par l’iman Mouhammad Ahmad Lô, ce samedi à 10h, sur le parvis du Stade Léopold Sédar Senghor de Dakar.

Pour les responsables de la Commission d’observation du croissant lunaire (COCL), ce vendredi correspondait au 29ème jour du mois de Ramadan. En revanche, la Commission nationale de concertation sur le croissant lunaire (CNCCL), l’organe officiel jusqu’à présent chargé de déterminer la date de l’Aïd el Fitr, avait indiqué le même jour que « le croissant lunaire n’est pas apparu au Sénégal ». La CNCCL a promis de surveiller dès ce samedi soir l’apparition du croissant lunaire afin de fixer le jour de l’Aïd el Fitr.

Les nouvelles autorités politiques sénégalaises avaient manifesté la volonté de mettre sur pied une structure, dont l’objectif sera de trouver une date commune pour tous les musulmans de l’entame et de la fin du Ramadan. Le Président Maky Sall avait même nommé un conseillé ministériel chargé des Affaires religieuses, l’imanm Mbaye Niang. Mais, la confusion autour de la date de l’Aïd el Fitr perdure.

Lire aussi :

 Sénégal : les musulmans désertent les mosquées

 Ramadan 2012 : les musulmans célèbrent la Nuit du Destin

 Les Algériens se plaignent de la flambée des prix