Maroc, Ukraine, Sénégal, Burkina : ces pays qui ont marqué l’Afrique en 2022

Rayan, décédé au Maroc
Le petit Rayan mort dans un puits au Maroc

L’année 2022 baisse ses rideaux pour laisser la place à 2023. Douze longs mois ponctués de faits marquants. Notamment l’invasion russe en Ukraine avec son lot de conséquences dans le monde, l’Afrique en particulier. Cette année a aussi vu le Maroc représenter dignement l’Afrique à la Coupe du monde Qatar 2022. Auparavant, le Sénégal a aussi réalisé une première, en décrochant le titre de Champion d’Afrique.

2022 a aussi vu le Burkina Faso enchaîner deux coups d’État. Un enfant marocain, Rayan, en a marqué les esprits avec une mort des plus horribles. Une année très mouvementée, comme le monde en a rarement connu. 2022 l’a vraiment été. S’imaginer, en 2023, qu’une guerre pouvait éclater entre deux pays voisins en Europe. Il fallait le faire. Toutefois, d’autres faits ont aussi marqué ces douze derniers mois. Afrik.com revient sur quelques-uns de ces évènements.

La guerre en Ukraine et ses conséquences en Afrique

Nous sommes le 24 février 2022. Les troupes russes font mouvement vers l’Ukraine. La guerre éclate entre les deux pays voisins en Europe de l’Est. Un conflit non sans conséquences en Afrique. Dès le déclenchement de la guerre, l’ONU a vite alerté sur une tension alimentaire mondiale qui pourrait atteindre des niveaux jamais égalés. Les conséquences de ce conflit sur les chaînes d’approvisionnements alimentaires mondiales sont alors catastrophiques, avec des prévisions de réduction de moitié de la production agricole de l’Ukraine destinée au marché mondial. Avant la guerre, l’Ukraine couvrait 11% des besoins en blé dans le monde. Outre le blé, 15% de l’orge consommée dans le monde, 17% du maïs et 46% des graines de tournesol et de carthame provenaient de ce pays.

Une guerre, qui a fini de mettre l’agriculture ukrainienne à genoux. Plus de 30% des terres de l’Ukraine sont impraticables pour l’agriculture. Ces sols cultivables sont soit occupés, dangereux ou trop endommagés, selon l’ONU. A cela s’ajoute une pénurie mondiale d’engrais, qui menace de réduire les récoltes. Début juin, le chef de l’État sénégalais, Macky Sall, en sa qualité de président de l’Union Africaine, rencontre son homologue russe pour faire libérer les stocks de céréales. L’Afrique était menacée de famine. A la faveur de la médiation turque, sous la supervision des Nations Unies, la Russie et l’Ukraine signent un accord, le 22 juillet. Il stipulait la reprise des exportations de céréales bloquées par la guerre en Ukraine.

Mi-août, le premier navire humanitaire affrété par l’ONU pour ravitailler l’Afrique en céréales ukrainiennes quitte le port de Pivdenny, dans le Sud de l’Ukraine. Le cargo transportait 23 000 tonnes de céréales à destination de Djibouti. La cargaison devait rejoindre l’Éthiopie par la voie terrestre, avait précisé le PAM. Le lundi 24 octobre 2022, le chef de l’Etat bissau-guinéen par ailleurs président en exercice de la CEDEAO, a rencontré le Président russe, Vladimir Poutine. Umaro Sissoco Embalo indiquait apporter « un message de paix », insistant qu’il urge d’expliquer à Poutine « le monde est très troublé ».

Le Maroc et le Sénégal illuminent l’Afrique

Cette année 2022 a été belle pour un pays particulier : le Maroc. A travers le royaume chérifien, c’est tout le continent africain qui est sorti fier de la Coupe du monde. En terres qataries, les Lions de l’Atlas ont réussi l’exploit de disputer un match comptant pour les demi-finales. Pour la première fois, une équipe africaine atteignait ce stade de la compétition. Des joueurs marocains qui ont offert un beau jeu et qui en ont éliminé de grosses pointures comme l’Espagne. Battus par la France en demi-finale, les Marocains sont triomphalement rentrés dans leur pays où un accueil des plus chaleureux leur a été réservé. Après un tour d’honneur dans Rabat, la bande à Achraf Hakimi a, en effet, été reçue par le roi Mohammed VI.

Lire : La France bat le Maroc qui vise désormais le podium au Mondial

Auparavant, la 33ème Coupe d’Afrique des Nations, qui se jouait au Cameroun, a vu le sacre du Sénégal. Pour une première fois, ce pays d’Afrique de l’Ouest décrochait ce titre continental. Dimanche 6 février, en finale de la compétition, le Sénégal est parvenu à battre l’Égypte, après des séances de tirs au but. Les Lions de la Téranga avaient réussi l’exploit de venir à bout de cette équipe égyptienne qui a éliminé le pays organisateur. Les Pharaons avaient en effet battu une belle équipe du Cameroun, en demi-finale de la compétition continentale.

Deux coups d’État au Burkina Faso en 9 mois

Vendredi 30 septembre 2022, c’est une situation confuse au Burkina Faso. Les autorités de l’époque parlait d’un « mouvement d’humeur de certains éléments des Forces armées nationales ». Un communiqué présidentiel évoquait des « pourparlers en cours pour ramener le calme et la sérénité » au Burkina Faso. Au départ, le porte-parole du gouvernement burkinabé, Lionel Bilgo, parlait de « crise interne à l’armée », assurant que « les échanges se poursuivent pour un dénouement sans écueil ». Un lien avait été établi avec un mécontentement croissant de certains militaires, depuis l’attaque d’un convoi de ravitaillement escorté par l’armée, à Gaskindé. Perpétré le lundi 26 septembre, dans le Nord du pays, l’assaut avait coûté la vie à au moins 11 militaires.

Lire : Ce que l’on sait du capitaine Ibrahim Traoré, nouvel homme fort du Burkina

Mais ce 30 septembre, tôt le matin, l’Assemblée nationale, la télévision d’État (RTB), la résidence du président de l’Assemblée et le rond-point de l’ONU sont quadrillés par des militaires lourdement armés. Sur l’Avenue Kwame Nkrumah, les banques, les grandes surfaces et autres commerces sont fermés. Le même jour, dans la soirée, la destitution du chef de la junte Paul-Henri Sandaogo Damiba est annoncée. Les frontières du Burkina Faso sont aussi fermées. Le MPSR (Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration) venait d’avoir un nouveau patron. Il s’agit du capitaine Ibrahim Traoré qui venait de destituer Paul-Henri Sandaogo Damiba. Ce dernier avait mis fin au pouvoir de l’ancien Président élu, Roch Marc Christian Kaboré, le 24 janvier 2022.

Mort de Rayan dans un puits au Maroc

Mardi 1er février, Rayan, un garçon âgé de 5 ans, est tombé dans un puits très profond dans le Nord-Ouest du Maroc, à Chefchaouen. Au départ lucide et blessé au visage, l’espoir était permis de retrouver le gosse vivant, dans un puits profond de près de 60 mètres. Après quatre jours de haute lutte, les équipes de secours parviennent à atteindre le petit Rayan. La sortie du jeune était alors imminente. Les espoirs étaient immenses. le monde entier retenait son souffle. Dans leur tentative de sauver le petit garçon, les secours ont eux-mêmes traversé des moments de frayeur, car confrontés à plusieurs éboulements.

Lire : Sauvetage d’enfant en Inde : Rahul plus chanceux que Rayan du Maroc

Elles ont su gérer la situation, jusqu’à atteindre le petit. Rayan a pu être maintenu en vie grâce à l’oxygène et l’eau envoyés par les équipes d’intervention, dans le puits étroit qui était difficile d’accès aux secours. A Chefchaouen, les autorités royales dépêchent un hélicoptère de la gendarmerie marocaine de même que des ambulances médicalisées chargées de garantir au petit Rayan des premiers soins appropriés, dès qu’il sortira du puits. Rayan n’a finalement pas survécu. Il aura patienté cinq longs jours, dans un trou, coincé à une profondeur de 32 mètres. Tout seul, à des températures avoisinant les 5 degrés. Une mort qui aura frappé le monde entier qui n’a de cesse prié pour que l’enfant sorte vivant de cet abysse.

Départ de l’armée française du Mali et de la Centrafrique

2022 a aussi été une année difficile pour la France sur le continent, notamment pour ce qui est de la coopération militaire. Le départ effectif de la Force Française Barkhane du territoire malien est définitif depuis le 15 août 2022. Après ce départ, le gouvernement de la Transition a tenté de se justifier. « La France a décidé, unilatéralement, le 10 juin 2021, de retirer la force Barkhane du Mali en adoptant un calendrier, sans concertation avec les autorités maliennes auxquelles elle était liée par des Accords de défense. Vu la gravité de cet agissement, les autorités maliennes ont exigé de la France, le 18 février 2022, de retirer ladite force, sans délai », avait précisé son porte-parole, Abdoulaye Maïga. Seulement, Paris voyait les choses autrement.

Lire : Départ des derniers soldats français de la Centrafrique

Il n’était plus question pour la France de poursuivre la mission de sécurisation aux côté des éléments du groupe russe Wagner, que Paris considère comme des mercenaires. Cette même position, la France l’a adoptée vis-à-vis de la Centrafrique où les forces armées sont régulièrement accusées d’exactions en complicité avec Wagner. En déplacement à Toulon, le 9 novembre, le Président français, Emmanuel Macron, présentait la nouvelle stratégie française en matière de défense. Une conséquence de l’évolution de la situation au Mali, avait précisé le locataire de l’Élysée. Par la suite, Paris annonçait la suspension l’aide au développement alloué à Bamako. Dans la foulée, les autorités de la Transition malienne ont interdit les activités des ONG financées par la France. Une tension entre Paris et Bamako qui ne cesse de s’exacerber.

La lutte climatique se poursuit

Dakar a abrité la semaine de la Mobilité Durable et du Climat, du 3 au 7 octobre 2022. Une opportunité pour les acteurs du monde entier de réaffirmer leur engagement et le rôle déterminant de l’action territoriale. Il est question de développer une mobilité durable et d’atténuer le changement climatique autant que de s’adapter à ses conséquences. Un mois plus tard, la COP27, tenue en Égypte, a été une opportunité pour dresser une nouvelle feuille de route. Lors de cette rencontre, les acteurs ont évalué les besoins pour la finance climatique. Pour financer l’action climatique des pays du Sud, il faudra quelque 2 400 milliards de dollars par an, d’ici 2030.

Lire : Semaine de la mobilité à Dakar : les fortes promesses de la Banque mondiale

C’est la conclusion tirée, mardi 8 novembre 2022, par les acteurs. Ces investissements serviront à « réduire les émissions, renforcer la résilience, faire face aux pertes et dommages causés par le changement climatique ». Ce budget participera par ailleurs à « restaurer les terres et la nature », dans les pays en développement exceptée la Chine. Cette décision étant une suite logique du 4ème sommet Climate Chance Afrique, (4 au 6 octobre 2022), dans le cadre de la Semaine de la mobilité durable et du climat de Dakar. Rencontre, dernier évènement majeur sur les défis du changement climatique en Afrique.