Départ des derniers soldats français de la Centrafrique

Départ des soldats français de Bangui
Départ des soldats français de Bangui

Les derniers soldats français en service en Centrafrique ont quitté le pays ce jeudi. Ce départ intervient après la rétrocession, mardi, du camp militaire dans l’enceinte de l’aéroport M’Poko.

Le divorce militaire est consommé entre la France et son ancienne colonie. Il ne reste plus aucun soldat français sous uniforme en Centrafrique. Ce jeudi 15 décembre, le dernier groupe de 47 militaires français a décollé à bord d’un avion-cargo de l’armée de l’air. L’appareil s’est posé à Libreville, au Gabon.

Une décision en lien avec la présence de Wagner en Centrafrique

Depuis avril 2021, la France a suspendu son accord de coopération militaire avec la Centrafrique. Paris justifiait cette mesure par la présence des mercenaires de la société privée russe Wagner. Des paramilitaires qui se sont invités dans la gestion de la sécurité du Président Touadéra et sont régulièrement accusés d’exactions. Une présence que Paris dénonçait. Il aura fallu 18 mois pour mettre fin à cette coopération militaire. Au fil des mois, la France réduisait les missions effectués dans ce pays d’Afrique Centrale.

C’est en octobre dernier que ce départ a été officialisé. Seuls 130 soldats français étaient encore en service au sein d’une mission logistique. Et mardi 13 décembre, les clés du camp de Bangui-M’Poko ont, selon RFI, été symboliquement rendues au chef d’état-major de l’armée centrafricaine, le général Zéphirin Mamadou. Une rétrocession du camp faite dans la discrétion, mais à l’issue d’un processus complètement transparent, précisent les autorités françaises.

Il s’agit du deuxième départ de l’armée française d’un pays africain en l’espace de cinq mois. Ce, après que la force Barkhane a quitté le Mali, mi-août dernier. Et comme en Centrafrique, la présence de Wagner au Mali avait fini de polluer les relations entre Bamako et Paris.

Lire : Bamako prend acte du départ de la force française Barkhane du Mali