Les vérités de Bonga

A l’occasion de la sortie de son dernier album,  » Kaxexe « , le chanteur angolais Bonga revient sur sa carrière et sur son pays qui a tant souffert de la guerre civile. Fort de ses trente ans de carrière, l’artiste fait partie de ceux qui aident aujourd’hui à la reconstruction de l’identité culturelle angolaise.

Bonga, 32 cd, plus de 300 morceaux de musique enregistrés, et une flamme musicale et engagée qui n’est pas prête de s’éteindre. Le chanteur à la belle voix rauque vit à Lisbonne, au Portugal, mais se trouve très régulièrement en France pour travailler avec sa maison de disque, Lusafrica, et son agent artistique. Afrik.com en a profité pour le rencontrer.

Afrik : Vous avez commencé par faire une carrière sportive, comment êtes-vous arrivé à la musique ?

Bonga : J’ai passé les 23 premières années de ma vie en Angola, dans les bidonvilles, où il fallait absolument résister à la force coloniale. Le seul moyen pour cela, c’était de se tourner vers la culture, et la culture, c’était la musique. La musique répondait à presque tous les problèmes. Un Africain peut être analphabète, il sentira dans la musique quelque chose de philosophique, de psychologique, un équilibre social. J’ai été champion du Portugal de 400 mètres et j’ai beaucoup voyagé grâce au sport mais jamais je n’ai cessé de penser aux miens. On me donnait des récompenses en me disant que c’était important, mais pour moi le plus important c’était ma culture, ma civilisation, ma manière d’être, cette philosophie de vie propre à l’Afrique. Quand j’étais encore en Angola, j’ai organisé des troupes folkloriques. A l’époque, ça n’avait l’air de rien mais c’était une façon de défendre notre identité. D’ailleurs, c’est ce qui m’a construit en tant qu’artiste. J’ai emmagasiné des références et appris à manier les instruments traditionnels, c’était fantastique !

Afrik : Vous êtes une sorte de  » militant culturel « , de l’indépendance puis de la paix en Angola…

Bonga : On s’est fait avoir par le pays colonisateur. J’en veux à cette puissance impériale mais aussi aux Africains qui n’ont pas su prendre en main leur avenir. Après l’indépendance, nous avons été bernés par des politiques qui n’ont rien fait pour le pays. Et c’est le peuple qui a subi les conséquences de tous leurs engagements, de la guerre entre l’Angola et le Mozambique, qui sont des pays frères. Je n’ai pas la carte de quelque parti que ce soit, j’ai juste une conscience politique en tant qu’être humain. Je ne suis pas un artiste comme les autres, je dis ce que je pense, je ne mâche pas mes mots. Des impresarios m’ont dit que si je ne faisais pas de politique, je serais déjà connu comme Johnny Hallyday ! Les gens n’aiment pas que la musique se mélange avec la politique mais moi je dis toujours ce que me dicte ma conscience !

Afrik : Quel est votre meilleur souvenir en tant qu’artiste ?

Bonga : Mes débuts, quand j’ai débarqué en Europe. Je n’étais pas encore artiste, je suis arrivé avec ma culture et j’ai enregistré un disque par curiosité, parce qu’un producteur aimait bien ma voix rauque. Ensuite, lors d’une soirée, on m’a encouragé et félicité. J’en avais les larmes aux yeux car il y avait là des gens que je respectais énormément qui me poussaient déjà à enregistrer un deuxième disque. A partir de là, la plupart des portes se sont ouvertes. Et même si certaines chansons ont été interdites, la meilleure façon de se battre, c’est de continuer à chanter parce que le peuple a besoin d’entendre tes paroles.

Afrik : Après une carrière de plus de 30 ans, que pensez-vous de la production angolaise actuelle ?

Bonga : La jeunesse a plein d’idées, elle est créative, imaginative et fait pas mal de belles choses. Et puis il y a ma génération qui est toujours-là. Une référence de poids pour que la musique angolaise, le semba, ne meure pas. On continue parce qu’on est écoutés et compris, qu’il y a une vraie collaboration et de la solidarité lors les enregistrements, que les radios passent davantage de la musique semba. Même les jeunes font appel à Bonga comme référence justement pour nourrir le semba et se nourrir eux-mêmes, il y a un mouvement énorme en faveur de cette musique.

Afrik : La musique lusophone semble évoluer en vase clos. Elle a peu de répercussion sur l’ensemble du continent africain…

Bonga : Les francophones ne font pas la promotion des musiques lusophones ou anglophones, ce qui explique notre difficulté à percer. Et puis le Portugal est un petit pays qui ne fait pas la promotion de la culture africaine. Pour la musique angolaise, il y a un handicap dans le pays même. A la télé et à la radio, on voit et on entend des feuilletons brésiliens, de la musique brésilienne, ou de la musique internationale, notamment antillaise avec le zouk. Il y a même des jeunes qui font une sorte de zouk à l’intérieur de la musique angolaise. Il faut que les Angolais eux-mêmes reconnaissent leur personnalité culturelle, leur musique. L’Angola, c’est une grande puissance culturelle qui n’a pas privilégié la culture. Un Angolais connaît mieux le Portugal que le Mozambique, l’Afrique du Sud ou la Namibie qui sont pourtant des pays limitrophes, c’est terrible… Aujourd’hui, nous, les musiciens, essayons de diffuser plus largement notre musique.

Afrik : En France, l’énorme succès de Cesaria Evora n’a-t-il pas contribué à masquer le reste de la production lusophone ?

Bonga : Non ! Bien sûr, j’étais là avant Cesaria et nous sommes conscients que les Français ont périodiquement besoin d’un produit exotique. Mais Cesaria ne chante que le Cap-Vert. Moi je suis Angolais, rattaché à l’Afrique profonde, comme le Mozambique, avec le tam-tam, le tambour, les percussions, une manière de se vêtir, de manger, de parler. C’est cette Afrique profonde qui a parfois du mal à percer.

Afrik : La guerre civile angolaise a-t-elle représenté une grosse perte culturelle pour la musique du pays ?

Bonga : Il y a eu des pertes et il continue à y en avoir ! Nous sommes là pour empêcher que le patrimoine disparaisse davantage. Pendant la guerre, la culture n’était pas prioritaire mais aujourd’hui, c’est du passé. On est en train de récupérer des choses qui ont bâti la personnalité culturelle angolaise, avec beaucoup de mal car beaucoup sont irréparables comme des enregistrements d’époque… La paix est revenue et les institutions démocratiques vont commencer à gérer cela. J’ai confiance et je serai là, avec d’autres chansons, pour continuer à dire quelques vérités.

Lire aussi :

La chronique du dernier album de Bonga « Kaxexe »

La voix de la musique angolaise

Bonga, l’âme angolaise sur partitions