Les Algériens élisent leurs députés

Les Algériens sont appelés aux urnes ce jeudi depuis 8 heures (heure locale) pour élire leurs députés dans le cadre des élections législatives. Marquées par le spectre d’une forte abstention mais annoncées comme un rendez-vous historique par le président Abdelaziz Bouteflika, ces législatives du 10 mai trouveront-elles écho auprès des Algériens ?

Dernière ligne droite dans la course pour occuper les 462 sièges que compte le Parlement algérien. Ils ne sont pas moins de quarante-quatre partis à se présenter ce jeudi aux élections législatives. Pour éviter un taux d’abstention trop élevé, le président Abdelaziz Bouteflika a lancé mardi un ultime appel au peuple algérien pour une participation massive à ces élections. « J’appelle toutes les catégories de la société à exprimer leur choix libre et à élire leurs représentants nonobstant leur obédience ou leur appartenance, lors de ces législatives qui se distingueront des précédentes par une large participation de différents courants politiques, mais aussi par une forte présence des femmes et des jeunes sur les listes de candidatures », a-t-il lancé lors d’un discours à Sétif à l’occasion de l’anniversaire des massacres du 8 mai 1945, rapporte AP.

C’était la sixième fois que le président algérien montait au créneau pour défendre ces élections. Et pour cause, les appels au boycott ont été nombreux lors de la campagne électorale. En 2007, seuls 35,7% des électeurs avaient voté. Le Parlement est depuis dominé par le Front de libération national (FLN, parti au pouvoir), arrivé en tête avec 136 sièges, suivi du Rassemblement national pour la démocratie (RND), parti du Premier ministre Ahmed Ouyahia, avec 62 sièges, et par les islamistes du Mouvement pour la société et la paix (MSP), avec 51 sièges.

Ces élections sont une « insulte »

Le parti du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD, opposition), a prédit, lundi, un taux de participation ne dépassant pas les 17%. Ces élections législatives sont une « insulte au malheur qui accable le peuple algérien », selon Atman Mazouz, le chef du groupe parlementaire RCD, qui dénonce les fraudes et le bourrage des urnes lors des élections.

Côté Front de libération nationale (FLN, parti au pouvoir), le secrétaire général, Abdelaziz Belkhadem, a déclaré qu’il serait satisfait si le taux de participation atteignait les 45%. Alors que certains appellent à donner davantage de chance aux jeunes après cinquante ans du FLN au pouvoir, la plupart d’entre eux, déçus, déclarent être indifférents à la vie politique. Et comme pour les pousser sur le chemin des urnes, Bouteflika leur a assuré que « sa génération avait fait son temps ».

Ces élections sont aussi marquées par la présence du triumvirat islamiste : l’Alliance de l’Algérie verte (AAV), composés du MSP, El Islah et Ennahda. Les membres de l’Alliance misent sur une « suprématie absolue » dans la future assemblée algérienne. Ils ont exprimé leur certitude d’occuper un nombre important de sièges au Parlement.

Le taux de participation devrait être connu en fin de journée, à la fermeture des bureaux de vote. Les résultats, eux, seront dévoilés vendredi.

Lire aussi :

 Algérie – législatives 2012 : les Algériens de France appelés à voter

 Algérie : à deux jours des législatives, le changement que promettent les candidats reste sans écho

 Algérie : début de la campagne électorale