Le Tour du Faso en indigène

Les cyclistes burkinabè ont fait enfin parler leurs grands braquets en remportant trois étapes de suite. Le Tour du Faso est dominé par les Marocains, solides leaders au classement général, et par les Burkinabè.

Le 16e Tour du Faso est un millésime africain très rare. Jamais dans les annales du Tour, les Africains ne se sont autant distingués. Les Européens, vainqueurs des quinze précédentes éditions, sont relégués aux rôles de figurants, squattant les secondes places mais jamais présents sur la plus haute marche. C’est aussi la première fois que les cyclistes locaux parviennent à aligner autant de victoires d’affilée. Les trois dernières étapes ont vu les deux enfants du pays, Hamidou Sawadogo et Abdoul Salam Ouédraogo, s’imposer devant un public enthousiasmé. Le premier a été porté en triomphe à Banfora et à Koupéla. L’étoile montante Abdoul Salam Ouédraogo a signé une très belle victoire à Fada devant son compagnon d’échappée, le Français Sébastien Lebaron.

L’ambition burkinabè

Après ces succès, les Burkinabè se prennent à rêver d’arriver en jaune à Ouahigouya, de détrôner les solides Marocains. Les trois étapes restantes, Laye-Ouahigouya, Ouahigouya-Yako, et Yako-Ouahigouya, seront décisives pour départager les deux équipes africaines les plus en forme. Le pari est un peu osé pour les cyclistes burkinabè car les Marocains, pour l’instant, semblent hors de portée de leurs adversaires. Très soudés autour du maillot jaune, Abdellatif Saâdoune, qui endosse aussi le maillot blanc du meilleur jeune et le maillot bleu du meilleur Africain du Tour, ils ne laissent chance aucune échappée dangereuse et placent à chaque fois l’un des leurs dans les groupes de tête. Et le talent d’Abdellatif Saâdoune fait le reste.

Le nombre de cyclistes à prendre le départ, le 30 octobre dernier, était de 90 pour la huitième étape. Seuls 64 ont réussi à rejoindre Fada. La cure d’amaigrissement du peloton risque de continuer car les dernières étapes seront parmi les plus disputées et la météo ne prévoit pas un rafraîchissement des températures.

Lire aussi

Le Tour du Burkina en rouge marocain ;

Ça roule au Burkina ;

Sawadogo, roi de la petite reine burkinabé ;

Le Tour du Faso vire à l’orange.

Tour du Sénégal.