Ça roule au Burkina

La 16ème édition du Tour cycliste du Faso s’est ouverte mercredi avec une centaine de candidats venus de treize pays. C’est un Marocain qui a remporté la première étape mais les Burkinabé, qui ont bénéficié de stages de préparation à l’étranger, espèrent briller cette année.

Les candidats du Tour du Faso 2002 ont donné leur premier coup de pédale mercredi 30 octobre. Jusqu’au 11 novembre prochain, les  » forçats de la route « , comme aime à les appeler la presse burkinabé, vont devoir avaler les 1 305 km de piste de cette 16ème édition. Le coup d’envoi a été donné à Ziniaré, dans la province d’Oubritenga. C’est le Marocain Abdellatif Saâdoune qui a remporté la première étape, Ziniaré-Koudougou, longue de 141,5 km.

Il reste dix étapes aux autres cyclistes pour se faire les mollets. Le Tour accueille cette année une centaine de sportifs venus de neuf pays africains – le Bénin, le Cameroun, le Mali, le Maroc, le Niger, le Nigeria, le Sénégal, le Togo et bien sûr le Burkina Faso – et de quatre pays européens – la Belgique, l’Espagne, les Pays-Bas et la France qui aligne trois équipes. Pour sa part, le Burkina fait courir deux équipes, soit douze cyclistes.

Les Etalons cyclistes en piste

L’itinéraire a été modifié cette année, les organisateurs ayant élaboré un parcours en étoile à partir de Ouagadougou. Ceci afin de permettre aux cyclistes de récupérer en passant la nuit dans les hôtels de la capitale et pas dans des bivouacs, comme c’était le cas jusqu’alors.

Qui succèdera au Néerlandais Joost Legtenberg, vainqueur de l’édition 2001 ? Depuis 1998, le Tour est dominé par les coureurs invités et le Burkina Faso, qui s’était réjoui de la victoire d’Ernest Zongo en 1997, n’a plus vraiment brillé ensuite. Les Etalons cyclistes n’ont remporté qu’une seule étape l’année dernière, grâce à Jérémie Ouédraogo, qui rempile pour cette édition dans l’équipe A. La plupart des coureurs burkinabé ont récemment bénéficié d’un stage de préparation en France et en Belgique, ce qui devrait doper leurs performances.

Pour autant, ils partent avec un handicap : Amado Pafadam, l’un de leur coéquipier le plus redoutable, roule depuis cinq mois pour l’équipe espagnole Café Baqué.