Le Gabon se raccroche au câble

Le Gabon s’est arrimé au câble haut débit qui relie déjà dix pays d’Afrique, deux pays d’Europe et les îles Canaries. Les connexions Internet et la téléphonie vont connaître un bouleversement salutaire.

Le chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo, a passé mardi un coup de téléphone historique. Car si sa conversation avec son homologue sénégalais Abdoulaye Wade n’avait rien d’exceptionnel, c’était la première fois qu’un appel en provenance du Gabon passait par un câble sous-marin à fibre optique. Depuis cette inauguration originale, le Gabon a rejoint les dix pays d’Afrique, les deux pays d’Europe et les îles Canaries déjà reliés aux de 28 000 kilomètres du réseau. Cette interconnexion haut débit – Sat-3/Wasc – est le point de départ d’une véritable révolution numérique à Libreville.

Internet, vite !

L’Office des Postes et Télécommunications (OPT) du Gabon, l’entreprise publique qui détient du monopole des télécommunications dans le pays, voyait jusque là son réseau régulièrement saturé. En assurant la distribution du haut-débit, elle devrait être en mesure de satisfaire les usagers, tant pour les communications filaires que pour l’accès au Web. Avec une bande passante d’une capacité de 20 giga bits, Sat-3/Wasc est un bol d’air pour les entreprises et pour les professionnels de l’Internet.

 » Depuis deux mois, il y a de gros problèmes de connexion. Soit l’accès au Web est très très lent, soit il est carrément impossible. Plusieurs cybercafés ont même mis la clef sous la porte « , confie William Ganjui, développeur chez Solsi, le plus gros fournisseur d’accès du pays. A 1 000 francs cfa l’heure de connexion (1,52 euros), les clients sont vite impatients. Et alors que Libreville connaît une explosion du marché de l’Internet – avec plus de cinquante cybers – l’encombrement du réseau est devenu un sérieux problème. Seules exceptions : les personnes connectées par liaison satellite. Comme Solsi. Mais à 1 million de francs cfa (1 525 euros) l’installation et à 800 000 francs le forfait mensuel (1 200 euros), ce type de connexion reste un luxe.

Plus rapide et moins cher que le satellite, le câble devrait pouvoir assurer 5,8 millions d’appels téléphoniques et couvrir 65% des communications internationales. L’OPT n’a pas encore fait connaître ses tarifs dans le domaine de l’Internet. Mais il lui faudra songer à rentrer dans ses frais. Pour s’arrimer au câble, le Gabon a contracté un prêt de 14,6 milliards de francs cfa (22 millions d’euros) auprès de la Banque européenne d’investissement.

La fibre optique débarque en Afrique.

Le Sénégal, connecté par un câble sous-marin.

Maurice s’arrime au câble.