La fibre optique débarque en Afrique

Le réseau transcontinental à fibre optique, SAT-3/WASC, reliant le Portugal à l’Afrique du Sud a été inauguré lundi au Sénégal. Le câble sous-marin de 28 000 km, allant jusqu’en Malaisie permet à neuf pays africains d’accéder au haut-débit et d’être directement connectés entre eux.

Le chef de l’Etat Sénégalais, en charge du secteur des télécommunications pour le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad), a inauguré lundi à Dakar l’ouverture du réseau sous-marin à fibre optique SAT-3/WASC reliant l’Europe, l’Afrique et l’Asie. Le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Bénin, le Nigeria, le Cameroun, le Gabon, l’Afrique du sud et Maurice, peuvent désormais bénéficier du haut débit ainsi que d’une interconnexion commune et avec le reste du monde.

Maître d’oeuvre des travaux, la société française Alcatel Submarine Networks a installé quelques 28 000 km de câble, le long de la côte atlantique, du Portugal à l’Afrique du Sud et de Maurice à la Malaisie en passant par l’Inde. D’une capacité maximale de 120 gigabits par seconde, le système de télécommunication ouvre d’immenses bandes passantes aux pays africains bénéficiaires et de nouvelles perspectives.

450 milliards de francs CFA

Le projet, d’un coût total de 450 milliards de francs CFA (650 millions de dollars), suscite l’admiration et l’enthousiasme du président sénégalais Aboulaye Wade, l’un des quatre piliers du Nepad (avec l’Algérien Abdelaziz Bouteflika, le Nigérian Olesegun Obasanjo et le Sud Africain Tabo Mbeki). Il y voit un outil propre à résoudre la fracture numérique entre le Nord et le Sud et se réjouit de la tenue de la bonne tenue des travaux.

Avec le haut-débit, les autoroutes de l’information s’ouvrent en grand pour l’Afrique. L’arrivée du haut-débit est un véritable coup de fouet pour les nouvelles technologies de l’information et de la communication. La fibre optique permettra au continent de plonger notamment dans l’univers du télé-service et de ses applications dans des secteurs clefs de développement tels que le santé, les entreprises, ou l’éducation.

A lire également :

Le Sénégal, connecté par un câble sous-marin.