Gabon : vers l’interpellation de l’opposant André Mba Obame

Le procureur de la République, Sidonie Flore Ouwé a laissé entendre lundi au cours d’une conférence de presse à Libreville que l’opposant André Mba Obame sera interpelé par la justice, sans préciser de date.

(De notre correspondant)

« Je vous assure que Monsieur Mba Obame sera interpellé », a martelé la procureur de la République, Sidonie Ouwé, avant d’ajouter : « Ce n’est pas une justice face à Mba Obame, c’est Mba Obame face à la justice ». Elle a ensuite expliqué que, pour marquer davantage la volonté de traquer les auteurs de troubles à l’ordre public, la justice doit punir avec les moyens du droit, les auteurs des dégâts du 15 août dans les quartiers Cocotiers et Nkembo.

Pour le gouvernement, les événements du 15 août dans ces deux quartiers de Libreville sont consécutifs à l’appel lancé par André Mba Obame et ses compagnons politiques, le 11 août 2012, lors de son adresse pour une rencontre le 15 août à 15 heures au quartier Cocotiers. Rencontre non autorisée par les gouvernants. « Foulant aux pieds les mesures prises par les gouvernants, les jeunes et les vieux de nationalités diverses ont gravement troublé l’ordre public en bravant les forces de police nationale, par le jet des pierres suivis d’actes de vandalisme matérialisés par l’incendie de plusieurs véhicules, la dégradation volontaire des autres véhicules et le saccage des magasins de ressortissants étrangers », a souligné Sidonie Ouwè, insistant sur le fait que les commanditaires de ces actes en répondront devant la loi.

Selon la procureur de la République, au total, sept véhicules ont été incendiés par les manifestants, 24 autres endommagés et une station d’essence appartenant à Oil Lybia saccagée. Elle a affirmé qu’il y a eu une quarantaine d’interpellations. « Aucun quartier, aucun arrondissement, aucune commune, aucun département de la capitale n’échappera à l’autorité de la loi. Nous allons frapper au cœur de la délinquance, qu’elle que soit son origine et ses acteurs ou auteurs, qu’elle soit juvénile, sénile, force restera à la loi », a-t-elle lancé.

Lire aussi :

 André Mba Obame : « Il n’y a rien à attendre d’Ali Bongo »

 Gabon : « AMO », de retour au pays après plusieurs mois d’exil

 Gabon : matraques et gaz lacrymogène pour disperser les manifestants