France : sur qui parier aux JO de Pékin ?

A Pékin, du 8 au 24 août, la France aura les yeux tournés vers ses 312 poulains. Les jeux Olympiques seront l’occasion de découvrir de voir éclore de nouveaux talents ou de confirmer celui d’athlètes plus expérimentés. Parmi eux, Teddy Rinner, et ses prises, ou Laura Flessel et son épée partent bien armés.

Les jeux Olympiques sont tous les quatre ans une formidable chasse au médailles. Qui en ramènera ? Il y a d’abord les incontournables. Les « tartes à la crème » des podiums. Miser sur le judoka Teddy Riner ou l’escrimeuse Laura Flessel-Colovic est sans réel danger pour les parieurs. Le premier, déjà considéré comme le successeur de David Douillet, participe pour la première fois à une compétition olympique. Double champion du monde, champion d’Europe et champion de France, il ne manque qu’une médaille olympique à la panoplie du judoka.
Sa doyenne Laura Flessel, qui manie l’épée aux jeux Olympiques depuis 1996, souhaite également finir en beauté pour sa dernière participation à des JO.

Une pléiade de valeurs sûres

Comme eux, Muriel Hurtis ou Christine Arron sont des valeurs sûres en athlétisme. Elles n’en sont pas à leurs premiers Jeux. Elles ont été championnes à de nombreuses reprises. Cet été à Pékin, elles tâcheront d’être fidèles à leur réputation, à l’instar de Leslie Djhone, le spécialiste du 400 mètres et du 4×400 mètres.
Ladji Doucouré a aussi ses chances. En 2004 à Athènes, il avait séduit le public par sa réaction très « sport » au moment de sa chute en demi-finale du 110 mètres haies. Le prodige qu’il est, selon les professionnels, peut prétendre accéder à une finale à Pékin. A ses côtés sur les pistes rouges des stades, le coureur de demi-fond 1 500 mètres Mehdi Baala promet de belles performances également. Champion d’Europe en 2002 et 2006, 4e aux jeux Olympiques de Sydney en 2000, il fait partie de ces Français avec qui il faut compter. Toujours en athlétisme, les « petits nouveaux » de l’équipe de France feront leur apparition dans la grande cour dès ce vendredi, lors de la cérémonie d’ouverture. Theresa N’Zola Meso en particulier, lyonnaise d’origine angolaise, a du haut de ses 25 ans la rage de vaincre. Dans sa discipline, le triple saut, elle cristallise toutes les espérances de ses compatriotes lyonnais.

Le nouvel espoir du tennis français Gaël Monfils focalise aussi l’attention. Tout comme Riner, il participe à sa première compétition olympique et il ne ménagera pas ses efforts pour arriver au sommet.

Lire aussi:

 JO de Pékin : Muriel Hurtis et Christine Arron contre les violations des droits de l’homme

 JO de Pékin : « Ce sont les politiciens qui doivent prendre leurs responsabilités, pas les sportifs. »