Abdoulaye Wade « président rêvé »

Le guide religieux mouride Cheikh Béthio Thioune a appelé vendredi ses disciples à voter pour Abdoulaye Wade. Selon lui, c’est Serigne Saliou Mbacké, le défunt Khalife général des mourides, qui lui aurait donné ce ndigeul (consigne de vote) en rêve.

Abdoulaye Wade vient d’obtenir un soutien de taille. Cheikh Béthio Thioune, guide religieux mouride, a appelé vendredi ses talibés (disciples) à voter pour lui à la présidentielle du 26 février, rapporte l’agence de presse sénégalaise (l’APS). Il affirme avoir rêvé de Serigne Saliou Mbacké, le défunt Khalife général des mourides, qui lui aurait donné ce ndigeul (consigne de vote). « Je vote pour le candidat Abdoulaye Wade. Et je demande à tous mes talibés ici au Sénégal ou à l’extérieur d’en faire autant. C’est une consigne que j’ai reçue de mon marabout Serigne Saliou Mbacké », a-t-il déclaré en wolof dans sa résidence au milieu de ses talibés. « J’ai reçu cette consigne à 21h45 », a-t-il précisé.

Avec son soutien, Cheikh Béthio Thioune est persuadé que le chef d’Etat sénégalais est assuré de remporter la victoire. Ce « ndigeul » a poussé le président Abdoulaye Wade à changer de programme. Il a finalement décidé d’organiser son dernier meeting devant le domicile de Cheikh Béthio Thioune, à Mermoz, quartier de Dakar, à partir de 16h ce vendredi, alors que le rassemblement était prévu initialement devant le siège de son parti, le Parti démocratique sénégalais (PDS).

« Une élection impossible », selon l’opposition

A quelques jours de la présidentielle, la candidature du chef d’Etat est toujours contestée. Selon l’opposition, la Constitution ne l’autorise pas à briguer un troisième mandat. Elle estime que la tenue d’une élection est « impossible » en raison d’un « climat d’insécurité générale », soulignant que le scrutin ne peut être « transparent, libre, apaisé ». Des affrontements opposent quotidiennement les forces de l’ordre et les manifestants de l’opposition depuis le début de l’année, ce qui a provoqué la mort de six personnes et de nombreux blessés.

Face à la situation, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a renouvelé jeudi son appel « à la tenue d’un scrutin paisible, crédible et transparent, en accord avec la longue tradition démocratique du pays et les aspirations de son peuple ». Il a déploré « les incidents violents qui ont marqué la campagne électorale et entraîné des pertes en vies humaines, et insiste sur l’importance du respect de la liberté de manifester pacifiquement ». Ban Ki-moon a également exhorté les acteurs politiques d’éviter de recourir ou d’inciter à la violence durant la période électorale.

Lire aussi :

 Sénégal : La course au ndigueul

 [Les Sénégalais de France pourront-ils voter ?

 >http://www.afrik.com/article24905.html]

 [La situation du Sénégal vue de France

 >http://www.afrik.com/article24913.html]