lundi 11 décembre
produits
L’Afrique et son haricot magique, le niébé
Le niébé, une cornille pleine d’avenir pour le continent



Le niébé, aussi appelé dolique à œil noir, ou pois à vache est une variété de haricot très courante en Afrique. Sa grande qualité nutritionnelle fait de lui un ingrédient de choix pour lutter contre la famine et la malnutrition ou développer l’élevage. Il est même étudié par les scientifiques pour nourrir les cosmonautes. Présentation d’un haricot plein d’avenir.


Sans doute originaire d’Afrique, d’Ethiopie ou d’Afrique de l’Ouest, les chercheurs sont partagés sur ce point, le niébé vient de l’espèce des Vigna unguiculata. C’est une plante qui n’est pas difficile sur la qualité du sol, qui a besoin de chaleur et de lumière et qui a la faculté de pousser très rapidement. Le niébé est la plus importante culture legumineuse à graines d’Afrique Noire. Elle est cultivée principalement en Afrique de l’Ouest qui représente près des deux tiers de la production mondiale, en particulier au Niger, au Nigeria, au Mali, au Burkina Faso, au Ghana ou au Sénégal, mais aussi un peu en Afrique de l’Est, Ethiopie, Tanzanie et Ouganda.

Le niébé joue un rôle important dans l’alimentation de l’homme en raison de son apport important en protéines [1], soit plus du double de la plupart des céréales classiques, mais il apporte aussi beaucoup d’amidon, de l’acide folique très important chez les femmes enceintes pour la lutte contre la malformation du nouveau-né. La graine est également riche en fer, zinc ou calcium. Autant de points positifs pour l’alimentation humaine (plus de détails sur le site de la FAO).

Un haricot à multiples facettes

Certaines variétés de niébé sont à cycle court, ce qui permet d’utiliser les fanes pour l’alimentation du bétail en période de soudure (période précédant les premières récoltes et où le grain de la récolte précédente peut venir à manquer). C’est ainsi une source de rentrée financière supplémentaire pour le producteur tout en permettant de nourrir le bétail à une période charnière. Ce sont là beaucoup d’atouts qui font que l’Afrique et le monde scientifique en général s’intéressent de plus en plus à ce haricot magique capable de lutter contre la famine et de soutenir le développement de l’élevage. En 2010 au Sénégal, s’est tenue à Saly Portudal la cinquième conférence internationale sur le niébé, réunissant des centaines d’experts du monde entier. La NASA elle même (National Aeronautics and Space Administration) s’intéresse à ce haricot d’Afrique qui est une des rares plantes qui pourrait être cultivée en 20 jours dans une station spatiale internationale afin de nourrir les astronautes.

Mais comme tout n’est pas parfait, la progression de la culture du niébé est freinée par les problèmes de conservation du produit. Ce qui a poussé des organismes comme le Cirad à travailler sur le conditionnement du produit. Enfin, comme beaucoup de haricots, le niébé peut parfois être difficile à digérer. Il est donc nécessaire, après les avoir décortiqués et fait sécher au soleil de les laver et de les tremper dans l’eau pendant la nuit. Puis les rincer plusieurs fois jusqu’à ce qu’ils perdent leur peau noire.

Deux exemple de recettes à base de niébé

- Beignets de niébé
- Viande au Niébé



 Vos commentaires



 

recherche





 
 
               

© Afrik-cuisine.com - 2012