Un général algérien accusé d’avoir livré au Maroc des informations secret Défense

Le général Said Chengriha
Le général Said Chengriha

Un général algérien de l’Armée nationale populaire, accusé d’avoir livré des informations classées secret Défense, a été limogé. De sombres jours sont annoncés pour ce gradé qui pourrait passer devant le juge avec de lourdes charges à son encontre.

Les langues se délient et tout porte à croire que le général algérien, Mohamed Kaidi, ancien chef du département emploi-préparation au sein de l’Etat-major de l’armée de ce pays d’Afrique du Nord, pourrait passer des jours bien sombres. Le gradé est en effet accusé d’avoir livré au Maroc des photos de casernes algériennes près de la frontière marocaine.

C’est du moins ce qu’ont rapporté des journaux algériens, qui révèlent que ces transferts de documents ont été fait via l’application Tik-Tok. Et selon la presse algérienne, c’est pour ces faits que le général Mohamed Kaidi a été relevé de ses fonctions par le général Said Chengriha, chef d’état-major des armées algériennes.

Une cabale et un moyen de corser l’addition vis-à-vis du Maroc ? Rien n’est moins sûr. Dans tous les cas, le général Mohamed Kaidi a été limogé et remplacé par le général Hasnat Belkacem à son poste de chef du département emploi-préparation au sein de l’Etat-major de l’armée. Seulement, l’outil utilisé, pose-problème, surtout au Maroc où les questions fusent et des projections faites, notamment dans la presse.

A lire : Algérie, Maroc : l’armée de Tebboune plus puissante que celle de Mohammed VI

Selon Yabiladi, « ces accusations sont cependant annonciatrices de sombres jours pour Kaidi, balisant le terrain à son procès devant un tribunal militaire pour haute trahison ». Après le limogeage du général algérien, le 10 novembre dernier, certains médias avait fait le corolaire avec sa désapprobation dans l’affaire des camions, calcinés près de Bir Lahlou.

« Mohamed Kaidi a osé, face à la hiérarchie militaire, exprimer son désaccord sur le mode de gestion de cette crise sécuritaire et sur la riposte qu’il fallait adopter contre le voisin marocain. Plus grave encore, le général-major Mohamed Kaidi aurait soulevé de nombreuses questions sur les circonstances dans lesquelles sont morts les trois camionneurs algériens », avait soutenu le journal Algérie Part Plus.

Ces accusations de « haute trahison » interviennent au moment où la tension est très vive dans les relations entre le Maroc et l’Algérie. Après avoir décidé de la rupture de leurs relations diplomatiques, en août dernier, Alger a interdit son espace aérien aux avions du Maroc. Et depuis cette date, c’est l’escalade. Alors que l’Algérie procède à des menaces , le Maroc renforce son armement.

A lire : Algérie, le général de corps d’armée Saïd Chanegriha accuse le Maroc