Un commandement unifié de l’armée américaine en Afrique

Le président George W. Bush a décidé de créer un nouveau commandement unifié pour l’Afrique, a déclaré, mardi, le nouveau secrétaire à la défense américain, Robert Gates. L’African Command (AFCOM), présent sur l’ensemble du continent, devrait voir le jour avant fin 2008. Il sera destiné à renforcer la paix et la sécurité en Afrique où les Américains craignent le développement d’Al-Quaida

Le président George W. bush a décidé de mettre en place un commandement militaire pour l’Afrique : l’African Command (AFCOM). L’annonce a été faite, mardi, par Robert Gates, le nouveau secrétaire à la défense américain, lors d’une audition devant la commission du Sénat sur les forces armées. L’AFCOM s’étendra sur les 53 Etats membres de l’Union Africaine, à l’exception de l’Egypte. Il aura pour mission de « développer la coopération militaire avec les pays africains, d’apporter un soutien à des missions non militaires et de mener des opérations militaires sur le continent africain si elles sont décidées par le gouvernement américain », a expliqué M. Gates.

La lutte contre le terrorisme est la principale raison expliquant la création de l’AFCOM. En effet, depuis les attentats du 11 septembre 2001, le souci stratégique numéro 1 des Etats-Unis reste la sécurité. Le continent africain est devenu un des centres de préoccupation de l’armée américaine car il représente un terrain idéal pour les terroristes. La corne de l’Afrique l’inquiète tout particulièrement. Selon le département d’Etat, la région du Sahel, notamment le Mali et la Mauritanie, est un havre potentiel pour les activistes islamistes. Par ailleurs, les Etats-Unis disposent déjà d’une unité spéciale basée à Djibouti dont la mission est de détecter les groupes terroristes en liaison avec ceux du Moyen-Orient.

Le gouvernement américain soupçonne l’organisation Al-Qaïda de s’être implantée en Afrique de l’est, en particulier en Somalie où les intérêts des Etats-Unis sont menacés. Le gouvernement américain pense que parmi les membres d’Al-Qaïda, se trouvant en Somalie, figure le comorien Fazul Abdullah Mohammed et le kenyan Saleh Ali Saleh Nabhan, impliqués dans les attentats contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie en 1998. Deux cent vingt quatre personnes avaient été tuées. Les américains pourchassent également Abu Talha Al-Sudani, un soudanais proche d’Oussama Ben Laden.

l’Afrique, un continent stratégique

Si la lutte contre le terrorisme justifie la création de l’AFCOM, l’intérêt grandissant des chinois pour l’Afrique l’explique en partie aussi. La Chine est devenue un partenaire commercial très important du continent africain. L’Afrique est riche en matières premières, notamment en hydrocarbure, et ces dernières sont loin d’avoir toutes été répertoriées. Les gisements africains fournissent déjà dix pour cent des importations américaines de pétrole. Il semble nécessaire pour Washington d’en garantir l’accès futur.

Auparavant, les Etats-Unis surveillaient l’Afrique à travers trois commandements : Central (CENTCOM) : sa zone de responsabilité s’étend sur 27 pays dont sept sont africains ; Européen (EUCOM) : sa zone couvre 91 Etats dont 42 sont africains ; Pacifique (PACOM) : sa zone couvre Madagascar et les îles en périphérie de l’est du continent africain. La création de l’AFCOM témoigne, aujourd’hui, de l’intérêt géostratégique des Etats-Unis pour L’Afrique. Le président George W. Bush souhaite qu’il soit constitué avant la fin de l’année budgétaire 2008.

A lire aussi :

11013
10988