Tunisie : les Méthodes de pêche traditionnelles de Kerkennah

Slow Food vient de créer la seconde Sentinelle tunisienne : les Méthodes de pêche traditionnelles de Kerkennah. Le 10 décembre, le réseau local organise un évènement à Ouled, organisé autour d’un débat sur l’impact du changement climatique sur les produits locaux, la description de l’héritage alimentaire local, des représentations folkloriques et des dégustations de Couscoussi Ghallah, un plat traditionnel local.

Kerkennah est un petit archipel de dix îles dans le golfe de Gabès, non loin de la ville de Sfax. Le golfe est connu comme la « pépinière de la Méditerranée » en raison des prairies sous-marines de Posidonia zostères qui font un habitat de reproduction parfaite pour les poissons. Malheureusement, au cours des dernières années, la zone du golfe a subi une lente érosion.

Le symbole des îles est la date du palmier, et pendant des siècles, c’était une activité vitale pour la population locale, avec la pêche artisanale. Maintenant, le palmier dattier est menacé, remplacé par des cultures plus rentables comme les olives. Les feuilles de palmier dattier, traditionnellement utilisés pour la production de matériel de pêche, sont remplacés par le plastique. Mais la plus grande menace qui pèse sur les îles est le changement climatique. Kerkennah est l’un des endroits les plus vulnérables de la Méditerranée. Son climat est de plus en plus aride, le niveau de la mer monte et les températures aussi. Dans cet environnement déjà fragile, la pêche illégale au chalut menace les herbiers de posidonies et les stocks de poissons sont en déclin inexorable.

La charfia, sorte de labyrinthe fixe construit en alignant des milliers de palmiers, est emblématique de la pêche artisanale des îles. Grâce aux courants, il conduit les poissons vers des chambres de capture. Le système de gestion adopté par les insulaires est unique dans les mers arabo-musulmanes: les familles insulaires possèdent des parcelles de mer où les structures charfia sont transmises de génération en génération. Traditionnellement, le Charfia est reconstruit chaque année et les poissons sont pêchés dans le respect de leurs temps de reproduction naturelle, à la différence Charfia moderne, qui sont des structures fixes laissées dans la mer pendant trois années consécutives. Les frondes de palmier dattier sont également utilisées pour fabriquer des pièges appelés drina avec un double cône, que le poisson et la pieuvre peuvent pénétrer mais dont ils ne peuvent pas s’échapper facilement. Une autre méthode de pêche traditionnelle consiste à utiliser des gargoulettes, des amphores en terre cuite traditionnellement utilisées pour contenir de l’eau ou du vin. Mais à Kerkennah ailleurs le long de la côte tunisienne et ils sont placés dans la mer, non loin de la côte, et est utilisé des pièges à poulpes, qui entrent ensuite chercher un abri, mais ne peut plus quitter. Les foreuses et les gargoulettes produites traditionnellement sont remplacées par des équivalents en plastique, qui sont abandonnés en mer lorsqu’ils ne sont plus nécessaires.

Ces méthodes traditionnelles sont utilisées pour attraper daurade annulaire, daurade à deux bandes, Salema Porgy, dorade, rouget, le poulpe, sole, loup de mer, Labre et bien d’autres. C’est plus savoureux, parce que le poisson attend tranquillement, sans être blessé, jusqu’à ce que les pêcheurs viennent les attraper.

Voir le site de la Fondation Slow Food