Soudan : preuve par l’image des crimes commis à Abyei

Mis en place pour prévenir les violences au Soudan, le «Satellite Sentinel Project » a permis d’obtenir des images de l’entrée des troupes nord-soudanaises dans la ville d’Abyei et les exactions qu’elles ont commises. Cette invasion était préméditée. Omar el-Béchir refuse de retirer ses soldats.

Ce sont des preuves irréfutables. Des images du «Satellite Sentinel Project » montrent que des crimes de guerre ont été commis dans la région pétrolifère d’Abyei, pomme de discorde entre Nord et Sud-Soudan.

Le «Satellite Sentinel Project », soutenu par L’ONG « Not On Our Watch » co-fondée par l’acteur américain George Clooney, l’Onu et des organisations humanitaires a été lancé le 30 décembre 2010 dans le but de prévenir des violences à l’issue du référendum sur l’indépendance du Sud-Soudan qui a opté pour la sécession avec le Nord lors d’un référendum organisé début janvier. Il a commencé à jouer pleinement son rôle.

« Ces images fournissent des preuves documentées de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité à Abyei », a déclaré mercredi John Bradshaw, directeur du groupe Enough Project qui soutient cette initiative. Selon lui, elles montrent « des attaques par des véhicules blindés et la destruction de villages ». « Il y a une accumulation de chars, d’hélicoptères et un déploiement de forces le long des principales rues d’Abyei, indiquant que l’invasion d’Abyei était préméditée et bien planifiée », a-t-il ajouté.

Abyei une terre du Soudan selon Omar el-Béchir

Malgré l’injonction des Nations unies, Omar el-Béchir refuse de retirer ses troupes de la localité. « Abyei était une terre soudanaise du Nord et que ses forces armées ne se retireront pas », a-t-il déclaré mardi. « En cas de provocation, j’ai donné le feu vert aux troupes pour y répondre », a ajouté le président soudanais, qui a menacé de reprendre la guerre civile. Celle-ci avait cessé grâce aux accords de paix signés à Nairobi en janvier 2005 entre le Nord, musulman et arabe, et le Sud, principalement chrétien et noir. Le Sud-Soudan, qui devrait officiellement devenir un Etat indépendant en juillet, a de son côté exigé que « les forces armées soudanaises mettent « fin à leur occupation illégale ».

Mercredi, l’Omnu a estimé à près de 40 000 le nombre de personnes qui ont déjà fui la région d’Abyei en raison des combats et de l’insécurité.