Le Sud-Soudan sera le 54e Etat africain

Le président soudanais Omar el Béchir a admis ce lundi l’existence de l’Etat du Sud-Soudan en validant les résultats du référendum d’auto-détermination qui s’est déroulé en janvier dernier. Le Sud-Soudan devrait devenir le cinquante-quatrième pays d’Afrique après le 9 juillet.

Les résultats de Commission du référendum au Sud-Soudan (SSRC) ont été validés par le président soudanais Omar el Béchir en présence de Salva Kiir, le président du Sud-Soudan. « Nous avons reçu aujourd’hui ces résultats et nous les acceptons et les saluons parce qu’ils représentent la volonté de la population du Sud », a déclaré ce lundi Omar el Béchir sur les antennes de la télévision soudanaise. Une annonce saluée dans la liesse par Les Sud-Soudanais. Ils ont voté à 98,83% pour la sécession lors du référendum d’auto-détermination qui s’est déroulé du 9 au 15 février dans cette région soudanaise.

L’indépendance à la fin de la transition

Ce scrutin marque la naissance du cinquante-quatrième Etat africain. Cependant, les résultats de ce référendum ne seront effectifs qu’après le 9 juillet, à la fin de la période de transition de six ans fixée par l’accord de paix de 2005 qui a mis fin à 21 ans de guerre civile entre le Nord et le Sud. « Le projet n’est pas achevé (…) Nous ne pouvons pas déclarer l’indépendance aujourd’hui. Respectons les termes de l’accord. Nous devons progresser lentement afin d’atteindre en sécurité l’endroit où nous nous rendons », déclarait le 30 janvier dernier Salva Kiir lors de la proclamation des résultats. Le lendemain, au sommet de l’Union africaine, le président du Sud-Soudan avait également appelé ses pairs à reconnaître le 193e Etat du monde.

Avant sa création, le gouvernement de Khartoum et les autorités sud-soudanaises doivent encore régler l’épineuse question du partage des ressources pétrolières et le statut de la région frontalière d’Abiye. Un référendum, qui devait se tenir en même temps que celui du Sud-Soudan et reporté sine die, doit déterminer si cette région pétrolifère doit être rattachée ou non au futur Etat indépendant.

Lire aussi :

 Nouvel Etat au sud Soudan : quels défis ?