Sénégal : les élections sénatoriales auront lieu le 16 septembre

Après l’élection présidentielle et les élections législatives, l’année électorale sénégalaise 2012 s’achèvera par les élections sénatoriales, le 16 septembre.

(De notre correspondant)

L’année 2012 aura été une année électorale complète au Sénégal. Après avoir élu un nouveau président de la République et des députés, les cent sénateurs seront élus ce 16 septembre, selon le directeur des élections Ousmane Thiendella Fall. Le dépôt des candidatures a eu lieu le 21 août dans les locaux du ministère sénégalais de l’Intérieur. Aucune caution n’a été demandée aux candidats. Pour le choix des cent sénateurs, c’est l’ancienne formule qui sera retenue : sur les cent sénateurs, 45 seront élus dans les départements par un collège d’électeurs composé de conseillers ruraux, municipaux, régionaux et des députés. Soit un sénateur par département. Les sénateurs seront élus au scrutin uninominal départemental majoritaire à un seul tour. Les 55 autres seront nommés par le président de la République, Macky Sall.

La classe politique divisée sur le choix des sénateurs

Une méthode dénoncée par les formations de la gauche sénégalaise. Pour ces formations politiques, « les sénateurs doivent être choisis comme les députés, non choisis par un seul individu ». Dans cette vague de contestation, il y a aussi les coalitions de partis politiques qui jugent inutile la mise en place de cette deuxième chambre. D’aucuns brandissent la carte du boycott.

Les partis qui composent la nouvelle majorité présidentielle avaient promis, une fois au pouvoir, de dissoudre cette institution. Car selon eux, le Sénat « est très coûteux ». Mais face à la realpolitik, cette promesse électorale a vite été mise aux oubliettes.

Le Sénat a été mis en place une première fois au Sénégal, le 24 janvier 1999, sous le régime socialiste du président Abdou Diouf. C’était dans le cadre de sa politique de décentralisation. Il comprenait 60 sénateurs, dont 45 élus par des membres de l’Assemblée nationale et des représentants des collectivités locales. 12 étaient désignés par le président de la République et 3 par les Sénégalais résidant à l’étranger.

Puis, la chambre haute a été supprimée pour des raisons économiques, à la suite d’un référendum constitutionnel organisé le 7 janvier 2001. Elle est rétablie en mai 2007 par le président Abdoulaye Wade. Le Sénat est depuis composé de cent membres, dont 45 élus au suffrage indirect dans les départements et 55 autres choisis par le président de la République. Le président de cette haute chambre est élu pour un mandat de cinq ans.

Lire aussi :

 Sénégal : l’opposition refuse la suppression du Sénat

 Sénégal : Macky Sall envisage de supprimer la vice-présidence de la République

 Inondations au Sénégal : des dégâts évalués à 6 millions d’euros

 Inondations au Sénégal : le concert de la solidarité déçoit