Sénégal : l’opposition refuse la suppression du Sénat

Le président sénégalais Maky Sall avait proposé la suppression du Sénat la semaine dernière voulant réaffecter les crédits alloués au Sénat pour venir en aide aux sinistrés des inondations. Le Parti démocratique sénégalais (PDS), principal parti de l’opposition sénégalaise, dénonce cette mesure, la qualifiant de purement politicienne.

(De notre correspondant)

L’ancien parti au pouvoir, le Parti démocratique sénégalais (PDS), a envoyé ce lundi un signe de vie. En conférence de presse, Omar Sarr, coordonateur du PDS, a tenu le Gouvernement pour responsable du désagrément que vivent des milliers de Sénégalais à la suite des inondations.

L’échec du gouvernement dans la lutte contre les inondations

Pour étayer cette thèse, Omar Sarr note que « l’année dernière, les inondations n’étaient pas aussi ressenties que cette année ». Et pour cause, ajoute-t-il, « on avait procédé au curage des caniveaux et à toute sorte de travaux pré-hivernaux que chaque Gouvernement doit s’atteler à faire, pour faire face à cette menace, il fallait commencer par là Il y avait aussi des programmes que l’on avait enclenchés pour les mêmes résultats. Mais les nouvelles autorités ont arrêté tous les travaux pour des raisons politiques, au détriment des populations. Et pire, ils n’ont rien fait ».

Le coordonateur national du PDS a aussi dénoncé l’immobilisme du nouveau régime et regretté son amateurisme sur cette question, mais aussi, son manque de vision à long terme, assorti d’un « populisme béat qui conduira inexorablement à un échec lamentable, au grand détriment des populations des zones inondées. »

Le PDS trouve le budget présidentiel trop élevé

Macky Sall a expliqué que les 8 à 9 milliards de FCFA (entre 12 et 14 millions d’euros) de budget annuel pour le Sénat seront ainsi consacrés à la lutte contre les inondations consécutives aux fortes pluies qui se sont abattues sur Dakar et d’autres villes. Mais cette mesure du président de la République de faire voter un projet de loi pour la suppression du Sénat rencontre l’opposition de Moudou Diagne Fada, président du groupe parlementaire PDS, qui parle « d’un leurre politique » et « d’une mesure purement politicienne, nullement, à elle seule, une solution sérieuse face aux inondations dues aux intempéries ». Moudou Diagne Fada a aussi demandé la réaffectation à l’aide aux sinistrés et à la lutte contre les inondations de la moitié des fonds politiques pour le Président Macky Sall évalués à 6 milliards de FCFA (plus de 9 millions d’euros), ainsi que des 100 millions de FCFA (150 000 euros) alloués au Président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse.

Le comité directeur du PDS a également préconisé le réaménagement du budget d’investissement évalué à plus de 800 milliards de francs CFA (1,22 milliards d’euros), sur lequel « il est possible de défalquer environ 300 milliards, représentant l’apport des partenaires financiers, pour affecter la moitié des 500 milliards restants, soit 250 milliards, à la lutte contre les inondations ». Au nombre des mesures suggérées par le PDS, figure la réduction de la taille de l’exécutif, et notamment du nombre pléthorique de ministres, conseillers au cabinet du Président de la République et des chargés de missions de la présidence de la République. Les députés libéraux, comptent, eux, voter contre ce projet de loi lorsqu’il sera examiné à l’Assemblée nationale.

Lire aussi :

 Sénégal : Macky Sall envisage de supprimer la vice-présidence de la République

 Sénégal : Youssou Ndour en concert pour les sinistrés de Dakar

 Sénégal : l’ancien ministre Landing Savané veut en finir avec les extrémistes en Afrique de l’Ouest

 « Souviens-toi du Joola » : le témoignage d’un rescapé français