Sénégal : Cheikh Bethio Thioune sous les verrous

L’influent guide religieux mouride Cheikh Bethio Thioune a été inculpé jeudi pour complicité de meurtre suite au décès de deux de ses disciples dimanche. L’affaire défraie la chronique au pays de la Téranga.

Cheikh Bethio Thioune rattrapé par la justice. Après avoir été placé en garde à vue dimanche soir, il a été transféré jeudi à la maison d’arrêt de Thiès, au nord-est de Dakar. Le guide religieux à la réputation sulfureuse est accusé de complicité de meurtres, d’association de malfaiteurs, de détention d’armes et d’inhumation sans autorisation suite à la mort, dimanche, de deux de ses disciples. Ces derniers auraient été frappés à mort et enterrés sur ses ordres.

L’arrestation de Cheikh Bethio Thioune a défrayé la chronique. Les Sénégalais sont encore sous le choc. Beaucoup ont du mal à croire que leur guide spirituel soit coupable des accusations dont il fait l’objet. C’est le cas d’Idrissa Samb, un des fidèles du marabout, qui a exprimé son désarroi sur RFI : « Il ne peut pas faire ça. C’est impossible, impossible ! On connaît notre guide spirituel, il nous a éduqués. C’est un homme de paix, c’est un homme respectueux, pour moi le Cheikh c’est l’incarnation de l’amour ».

Les disciples du guide religieux, qu’on prénomme les « Thiantacounes », sont pour la plupart inconsolables. Les journaux sénégalais ont largement relayé leurs réactions. « Les Thiantacounes se déchaînent », a titré le journal Walfadjri. Ils ont été nombreux à descendre dans la rue pour exiger la « libération immédiate et sans condition de leur guide spirituel ». Selon le quotidien, « alors que Thiès finissait de s’embraser dans la journée de mercredi, Dakar connaissait ses premières échauffourées dans la soirée ». « Les Thiantacounes de Dakar concoctent un plan d’action dont ils se gardent […] de révéler le style et la méthode », révèle Walfadjri. Son concurrent, Le Soleil, indique qu’une quarantaine d’entre eux ont été interpellés et déférés au parquet « en procédure d’urgence ».

Une affaire qui prend une dimension politique

L’Enquête souligne pour sa part que « des religieux et surtout des politiciens du régime sortant, très proches de Touba, ont voulu que le khalife général des Mourides intervienne en faveur du guide des Thiantacounes ». Une requête à laquelle Cheikh Sidy Moctar Mbacké a opposé une fin de non-recevoir. Les avocats de Cheikh Bethio Thioune demandent quant à eux « sa liberté provisoire qui, à leur avis, permettra d’ « éviter des troubles à l’ordre public », rapporte Walf Grand Place.

Le quotidien L’Office, qui ne mâche pas ses mots, dénonce « la dimension politique que revêt ce dossier qui n’aurait jamais dû dépasser le cadre strictement judiciaire ». Cheikh Bethio Thioune avait en effet annoncé son soutien à Abdoulaye Wade lors des présidentielles de 2007 et 2012. L’ancien président a d’ailleurs dénoncé l’interpellation du guide religieux, annonçant qu’il organisait sa défense.

Alioune Tine, président de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho), a pointé du doigt l’attitude de l’ex-dirigeant : « C’est indécent pour Me Abdoulaye Wade d’apporter son soutien politique qui contribue à politiser une affaire criminelle ! », a-t-il déclaré au journal Le Populaire. De son côté, le secrétaire général du gouvernement, Seydou Guèye, a assuré dans le quotidien sénégalais Libération que Macky Sall ne s’immiscera pas dans « l’affaire Cheikh Bethio Thioune ». Le chef de l’Etat a toutefois affirmé que, sous sa présidence, les religieux ne bénéficieront plus de leur immunité, estimant qu’ils sont des citoyens comme les autres.