RDC : selon l’ONU le processus électoral progresse malgré la menace des groupes armés


Lecture 2 min.
drapeau RDC

Malgré la pression de groupes armés, e particulier à Beni, où des civils, des forces de sécurité et la mission de maintien de la paix de l’ONU en RDC (MONUSCO) continuent de faire l’objet d’attaques quasi quotidiennes et ou la situation est particulièrement préoccupante, la Brigade d’intervention de la Force de la MONUSCO a «adopté une posture de plus en plus robuste au cours des derniers mois», a déclaré Leila Zerrougui, représentante spéciale du Secrétaire général pour le pays le Conseil de sécurité. Pour autant, le calendrier électoral suit son cours normal.

La Brigade d’intervention de la MONUSCO «effectuent des patrouilles pour assurer un environnement protecteur et répondent rapidement aux alertes. Dans plusieurs affaires récentes, les attaques ont été repoussées a déclaré Leila Zerrougui.

La situation instable a également compliqué la riposte à une épidémie mortelle d’Ebola dans la région qui a débuté en août. « Nous sommes extrêmement préoccupés par le fait que plusieurs facteurs pourraient se combiner au cours des prochaines semaines et des prochains mois pour créer les conditions d’une catastrophe », avait déclaré Peter Salama, chef de la réponse d’urgence de l’OMS Les populations locales de certaines régions ont fait preuve de méfiance à l’égard des agents de santé et ont, dans un cas, attaqué un convoi sanitaire, a ajouté un haut responsable des Nations Unies.

«Les intervenants sont actuellement aux prises avec le problème de l’intensification simultanée des efforts d’intervention, à la fois à Beni et dans les zones environnantes», a ajouté Leila Zerrougui.

Dans son exposé, Mme Zerrougui, qui dirige également la MONUSCO, a souligné que le processus électoral continue de suivre le calendrier fixé, 21 candidats se disputant la présidence, 15.505 pour l’assemblée nationale; et quelque 19 640 pour les assemblées provinciales.

Elle a regretté que la présence des femmes comme candidates ait été très faible jusqu’à présent: 12% seulement des femmes se présentant aux élections nationales et provinciales et une seule candidate à la présidence.

Mme Zerrougui a également remercié les membres du Conseil de sécurité, qui ont récemment effectué une visite dans le pays et leur ont offert une occasion unique de constater de visu la situation sur le terrain.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter