RDC : Salomon Idi Kalonda échappe à la justice militaire


Lecture 4 min.
Salomon Kalonda
Salomon Kalonda

La Cour militaire de Kinshasa/Gombe n’est plus en mesure de juger Salomon Idi Kalonda. La juridiction s’est déclarée incompétente en raison de la nouvelle qualité de sénateur du prévenu.

Élu dans un premier temps député provincial dans le Maniema, Salomon Idi Kalonda, proche conseiller de Moïse Katumbi, a également réussi à se faire élire sénateur de la province du Haut-Katanga à l’issue des dernières élections sénatoriales. L’homme a ainsi acquis une nouvelle qualité qui lui confère l’immunité. Ainsi, ce lundi, le tribunal militaire de Kinshasa/Gombe, en charge de l’affaire depuis l’arrestation de l’homme le 30 mai 2023, s’est déclaré incompétent pour juger le nouveau sénateur.

Une décision saluée par les avocats du sénateur

La décision de la Cour découle d’une requête introduite par la défense de l’élu. « La défense de Salomon Idi Kalonda Della avait introduit une requête qu’on appelle en droit une requête déclinatoire des compétences au regard de la qualité de Salomon Kalonda de sénateur », a déclaré l’un de ses avocats, Me Hervé Diakiese. Avant de poursuivre : « Nous avions pu produire tous les documents qui justifient cette requête et les arguments en droit ; la Cour militaire avait pris ces moyens en délibéré. Et aujourd’hui, elle vient de rendre son arrêt. Elle vient faire droit à notre requête et de constater qu’effectivement, au regard de la nouvelle qualité de sénateur de Salomon Kalonda, il ne peut plus relever de la compétence répressive de cette juridiction-là ».

La décision du tribunal militaire laisse un goût de victoire dans le camp de Salomon Kalonda, puisqu’en septembre 2023, ses avocats avaient déjà demandé à la Cour de se déclarer incompétente pour traiter du dossier. L’argumentaire de la défense s’appuyait sur la qualité du prévenu qui est un civil, alors que la Cour militaire est habilitée à juger des militaires. La démarche n’avait pas prospéré en son temps.

À la question de savoir quelle suite sera désormais donnée à cette affaire qui dure depuis plus d’un an, Me Hervé Diakiese a tout simplement rappelé qu’en sa qualité de sénateur, son client n’est plus « poursuivable ».

La défense continue de clamer l’innocence de Salomon Kalonda

Depuis le début de la procédure contre Salomon Idi Kalonda avec son arrestation à l’aéroport de Ndjili, le 30 mai 2023, l’homme n’a cessé de clamer son innocence. Telle a toujours été la ligne de défense de ses avocats. Me Hervé Diakiese a encore martelé cela face à la presse ce lundi : « Nous savons d’abord que Salomon Kalonda est innocent. En dépit de tous les tracas qui lui ont été faits, il est parti se faire soigner, il est rentré au pays pour continuer à servir son pays ». L’avocat n’a pas caché sa satisfaction : « Donc nous sommes très contents, c’est une personne qui a connu des moments difficiles, il les a affrontés avec dignité et aujourd’hui, ce genre de décision nous conforte à dire qu’il doit continuer à servir son pays au niveau politique qui est le Sénat ».

Arrêté le 30 mai 2023 à l’aéroport de Ndjili d’où il s’apprêtait à s’envoler pour Lubumbashi aux côtés de Moïse Katumbi, Salomon Idi Kalonda voit peser contre lui des chefs d’accusation particulièrement lourds : incitation des militaires à commettre des actes contraires au devoir et à la discipline, atteinte à la sûreté de l’État et détention illégale d’armes. Il est également accusé de collaborer avec des responsables du M23 et des officiels rwandais.

Malade en prison, il a, à plusieurs reprises, essuyé le refus des autorités judiciaires de lui accorder une mise en liberté provisoire pour se faire soigner. C’est seulement en mars 2024 que l’homme a fini par obtenir gain de cause. Rentré dans son pays après s’être fait une nouvelle santé, Salomon Kalonda siège à la chambre haute du Parlement du Haut-Katanga.

Avatar photo
Historien, Journaliste, spécialiste des questions socio-politiques et économiques en Afrique subsaharienne
Facebook Linkedin
Newsletter Suivez Afrik.com sur Google News