RDC : Nkunda menace le nouveau gouvernement

Vingt mille personnes fuient depuis lundi matin les combats qui ont repris dans l’est de la RDC. L’une des missions du nouveau gouvernement formé dimanche soir par le président Joseph Kabila est de restaurer la paix dans l’est du pays. Tâche difficile : le chef rebelle tutsi Laurent Nkunda s’est emparé dimanche d’un camp militaire de l’armée congolaise et progresse à grands pas vers la capitale provinciale du Nord-Kivu, Goma.

Plus de vingt mille personnes ont fui les combats dans l’est de la République Démocratique du Congo (RDC) depuis lundi matin. Les déplacés, principalement des femmes et des enfants, ont été forcés de quitter la localité de Kibumba, située à 35km au nord de la capitale provinciale du Nord-Kivu, Goma que les réfugiés essaient d’atteindre. Kibumba a subi lundi les assauts des forces de Laurent Nkunda, chef du Congrès national pour la défense du Peuple (CNPD).

Des manifestants ont également convergé en nombre vers les locaux de l’ONU à Goma pour se faire entendre. Jets de pierres, voitures endommagées et vitres des bureaux brisés, la population entend bien protester contre l’incapacité de la Mission des Nations unies en RDC (Monuc) à maintenir la paix. Le CNPD a attaqué dimanche un camp militaire au Nord Kivu. Le leader , s’est emparé d’une importante caserne militaire de l’armée régulière à Rumangabo, à 50 km de la ville de Goma. Ces nouveaux affrontements ont coûté la vie à de nombreux militaires, dont le nombre est aujourd’hui indéterminé, ont déclaré à l’AFP des membres de l’ONU sur place. Le CNDP a également pris le quartier-général des gardes du Parc national des Virunga, parc classé au patrimoine de l’Unesco pour la faune très diversifiée qu’il abrite. « Plus de 50 gardes ont été obligés de fuir à travers les forêts », a indiqué le directeur du Parc, Emmanuel de Merode. Les différents groupes rebelles armés se cachent régulièrement dans cette zone immense tuant des animaux et abattant des arbres pour se nourrir et se chauffer.

La paix dans l’Est, priorité du nouveau gouvernement congolais

Ce regain de violence intervient alors que le président Kabila vient de former un nouveau gouvernement. Un mois après le vide laissé par la démission de l’ancien Premier Ministre Antoine Gizenga, le chef d’Etat a décidé dimanche soir, sur ordonnance, de constituer une nouvelle équipe. Elle comporte 54 membres : le Premier Ministre Adolphe Muzito, trois vice-Premiers ministres, 37 ministres et 13 vice-ministres. Le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), le parti du président Kabila, s’est attribué les ministères de l’Economie, de la Reconstruction et de la Sécurité. Le chef d’Etat a déclaré qu’il s’agissait d’un gouvernement de « combat et de reconstruction ». Il aura la lourde tâche de rétablir la paix dans l’est de la RDC, de reconstruire le pays et d’améliorer les conditions de vie des populations.

La rébellion qu’on croyait en perte de vitesse refait parler d’elle depuis quelques semaines. Laurent Nkunda a appelé le 3 octobre tous les Congolais à se lever contre le pouvoir de Kinshasa et gagne de plus en plus de terrain face aux Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC). Alors que l’ONU a condamné ses propos et a appelé à un cessez-le-feu vendredi 10 octobre, l’ex-général rebelle n’entend pas jeter les armes.

Le nouveau gouvernement devra également composer avec l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA), groupe rebelle ougandais, qui a établi sa base dans le nord-est du pays et profite de la dispersion de l’armée pour mettre à feu et à sang la région. Pillages, viols, incendies : les exactions se multiplient quotidiennement. Avec les rebelles qui pullulent dans l’est de la RDC, les membres du gouvernement, dont l’effectif est jugé « éléphantesque » par le quotidien congolais Le Potentiel, auront largement de quoi s’occuper dans les semaines à venir.

Lire aussi :

 Accalmie précaire à l’est de la RD Congo

 RD Congo : la Monuc entre deux feux

 Laurent Nkunda appelle les Congolais à la révolte