Laurent Nkunda appelle les Congolais à la révolte

Alors qu’on le croyait mort ou malade, Laurent Nkunda, chef du Congrès National pour la Défense du Peuple (CNDP), a appelé hier la population à se révolter contre le gouvernement. Il espère ainsi fédérer les Congolais et ébranler les maigres tentatives de restauration de la paix dans la région du Kivu, à feu et à sang depuis près de dix ans.

«J’appelle toutes les forces vives, tous les Congolais à se mettre debout contre un gouvernement qui a trahi son peuple ». C’est en ces termes que le chef du Congrès National pour la Défense du Peuple (CNDP), Laurent Nkunda, s’est exprimé hier dans un entretien à la radio anglaise BBC. Alors que des rumeurs circulaient sur son éventuel mauvais état de santé, voire sa mort, le leader rebelle tutsi congolais refait surface. «Nous nous transformons en un mouvement de libération totale de la République», a ajouté Laurent Nkunda, se posant ainsi en libérateur de la RDC. Il affirme qu’après avoir lutté pour la protection des tutsi congolais, il veut désormais « libérer le Congo ».

Cette sortie de l’ombre du chef rebelle aurait été dictée par le refus de Kinshasa d’entamer des négociations avec le CNPD, selon son porte-parole.

Le programme Amani (paix en swahili) de sécurisation et reconstruction du Kivu, mis en place début avril 2008 par la MONUC et la communauté internationale est un échec cuisant. Accepté par tous les belligérants, le programme prévoyait le respect du cessez-le-feu décidé à Goma en janvier 2008, le désengagement progressif des troupes, la démobilisation des combattants, la sécurisation des populations et la création de conditions favorables au retour des réfugiés et déplacés.

A feu et à sang depuis près de dix ans, la région du Nord-Kivu est pourtant encore aujourd’hui le théâtre de violents affrontements. Depuis le 28 août, la rébellion a repris les armes contre l’armée loyaliste et les combats font rage dans les régions de Rutshuru et Masiside, à l’est du pays. On compte plusieurs millions de morts et déplacés et le bilan ne cesse d’augmenter. La situation ne semble pas prête de s’arranger pour autant.

Laurent Nkunda disposerait «d’une armée bien entraînée et bien disciplinée»

Laurent Nkunda prétend en effet disposer «d’une armée bien entraînée et bien disciplinée». Le gouvernement doit-il prendre cette affirmation comme une nouvelle déclaration de guerre ? Rien de moins sûr. Le chef du CNDP a limité jusqu’à présent son combat à la défense des intérêts communautaires tutsi. «Le Rwandais»[[D’ethnie Tutsi, Laurent Nkundabatware a été officier dans l’Armée patriotique rwandaise de Paul Kagamé, actuel président du Rwanda]] , comme nombre de Congolais l’appellent, risque alors d’avoir du mal à fédérer la nation entière autour d’une cause qu’il n’incarne pour presque personne. Le rapport de force militaire joue également en sa défaveur. 2Les forces loyalistes sont largement supérieures aux siennes.

« Je regrette la déclaration de Nkunda (…) au moment même où tous les autres groupes viennent d’adhérer au désengagement qui permet de séparer les forces en contact, et créer un espace humanitaire pour le retour des réfugiés et des déplacés internes », a déclaré l’abbé Apollinaire Malu Malu, coordinateur du programme Amani, cité par le quotidien Le Monde. Les réactions du gouvernement congolais ne devraient pas se faire attendre…

Lire aussi:

  Kabila et Kagamé à couteaux tirés

  RD Congo : nouveaux affrontements au Nord-Kivu