RD Congo : nouveaux affrontements au Nord-Kivu

Les éléments du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), mouvement politico-militaire du général déchu Laurent Nkunda, ont attaqué les positions des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) tôt vendredi à Kastiru, localité située à une centaine de kilomètres au Nord de Goma. Une information annoncée, vendredi, par le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku, qui déplore cette reprise des affrontements.

Selon le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku, les troupes du CNDP ont lancé leur attaque à 4 heures du matin sur les positions de la 7ème Brigade intégrée des FARDC basée à Katsiru et les combats se sont poursuivis dans la mi-journée de vendredi. Dans une déclaration à la presse, M. Paluku déplore cette reprise des affrontements qui intervient un jour seulement après les assurances faites par le CNDP à la Facilitation internationale de cesser les hostilités. Selon lui, un autre front existe à Kirotche, au Sud de Masisi, à près de 45 kilomètres de Goma où l’on signale une panique générale depuis jeudi, à la suite d’un déploiement d’une unité de la 14e Brigade intégrée des FARDC dans cette région sous contrôle des milices Maï Maï Cobra.

La population garde, d’une part, un mauvais souvenir de cette brigade qui avait commis des exactions à son endroit, dans un passé récent, et d’autre part, elle ne voit pas d’un bon oeil la proximité des trois forces en présence, à savoir le CNDP, les Maï Maï et les FARDC, distantes de quelques kilomètres les unes des autres.

L’action du facilitateur américain

Après avoir rencontré les autorités nationales à Kinshasa, Tim Shortley, le représentant des Etats-Unis au sein de la Facilitation internationale dans le processus Amani a rencontré, vendredi à Kirolirwe, à une soixantaine de kilomètres à l’Ouest de Goma, la direction politique et le haut commandement militaire du CNDP. Une démarche qui vise à réduire les tensions et les menaces de guerre, notamment dans le territoire de Rutshuru où les FARDC et le CNDP se sont violemment affrontés le 28 août dernier.

Pour le diplomate américain, après ces contacts, toutes les parties ont réaffirmé leur volonté de rester engagées dans le processus de paix. « Le gouvernement congolais et les autres groupes armés, tous ont exprimé leur soutien au processus de paix et donc, ils sont tous engagés. Les affrontements qui ont eu lieu récemment à Rutshuru et qui nous préoccupent beaucoup, découlent du fait que les FARDC et le CNDP ont avancé au-delà des positions qui étaient tenues auparavant dans différents endroits. Ceci nous préoccupe énormément parce que nous craignons que les affrontements provoquent un embrasement général de l’Est de la RDC. Ainsi nous souhaitons que la stabilité soit rétablie le plus rapidement possible », a déclaré Tim Shortley.

Lire aussi:

 La menace d’une reprise des combats plane sur la RDC