« Projection privée » : la mort d’un couple en direct

Projection privée ou quand la télévision détruit un couple. Dans cette comédie féroce de Rémi De Vos, mise en scène par Greg Germain, Philippe Calodat, Firmine Richard et Nathaly Coualy se donnent la réplique. Ils incarnent un trio dramatique classique – le mari, la femme, la maîtresse –, perturbé par un amant cathodique intrusif à l’excès. Une pièce drôle et juste, mise à la sauce guadeloupéenne. Elle est présentée actuellement à la Chapelle du Verbe Incarné, au Festival de théâtre d’Avignon, dans le sud de la France.

« Tu me trompes sans vergogne. Et ça, je ne peux plus le supporter. Je te demande de faire ton choix immédiatement. C’est lui ou moi ! » Le mari abusé s’adresse à sa femme alors même que son rival se trouve dans le salon. Un rival que son épouse regarde intensément, passionnément, à longueur de temps, sans jamais se lasser : le poste de télévision. Une machine qui lui ferait presque oublier que son mari jaloux a passé la nuit, sous son propre toit, avec une plantureuse jeune femme…

Dans Projection privée, le dramaturge français Rémi De Vos pousse le comique de situation jusqu’à l’absurde. Cependant, les scènes qu’interprètent Firmine Richard, dans le rôle de la femme, Philippe Calodat, dans celui du mari, et Nathaly Coualy, dans celui de la maîtresse, demeurent criantes de vérité et rappellent aux spectateurs sans coup férir un parent, un ami, une connaissance, prisonniers du petit écran et de sa pléthore de jeux et feuilletons débilitants. Dans la pièce, comme souvent dans la vraie vie, la télévision parasite les discussions entre personnes, et les scénarios alambiqués des séries sont les sujets d’interminables échanges. « Ma mère veut toujours me raconter Les feux de l’amour », nous confie Firmine Richard, à la fin d’une répétition. C’est l’approche pleine d’humour du réel et l’analyse des effets de la télévision sur la vie de couple qui a poussé la comédienne à accepter la proposition que lui a faite Greg Germain de jouer dans cette pièce. « Ce problème de communication entre les couples, la télé qui tue les couples, ça m’a plu car c’est très actuel », explique-t-elle.

Une œuvre transplantée dans un univers caribéen

A l’origine du projet, Philippe Calodat, comédien guadeloupéen et directeur de la Compagnie Grâce Art Théâtre. « J’ai contacté Greg parce que c’est un Guadeloupéen qui a un théâtre en Avignon. J’avais envie de travailler avec lui, en tant que metteur en scène, pour voir ce qu’apporterait cette collaboration », déclare-t-il. Philippe Calodat avait déjà joué, en 2005, aux côtés de Firmine Ricard dans Noces chez les petits bourgeois… créoles[Une pièce en langue créole adaptée de l’oeuvre de Bertolt Brecht et mise en scène par Philippe Adrien]], dans [la Chapelle du Verbe Incarné, le lieu dont Greg Germain est responsable. Mais il n’avait jamais travaillé sous la direction de ce dernier.

Le metteur en scène a très vite accepté l’offre du comédien, car elle associait des artistes de la Guadeloupe et de sa diaspora. Une démarche qu’il juge annonciatrice et « emblématique » des rapports que devront entretenir les hommes et femmes de théâtre vivant sur chaque rive de l’Atlantique. Quant au texte, il l’a choisi parce que l’emprise du petit écran sur la vie et les imaginaires est tout aussi grande aux Antilles que dans le nord de la France, la région d’où est issu son auteur. « En Guadeloupe, je connais des filles de 18 ans qui s’appellent Sue Ellen ! », se désole Greg Germain. Et pour mieux enraciner la pièce dans l’univers caribéen, il y a introduit, en plus des attitudes caractéristiques des acteurs, des expressions en langue créole. Des changements qu’a apprécié Rémi de Vos qui, selon lui, « a été très enthousiaste, très heureux de découvrir une autre façon de voir sa pièce. »

Projection privée est une pièce acide et drôle, interprétée par trois comédiens très complices et mise en scène avec sobriété. Un spectacle à découvrir en Avignon cet été et, espérons-le, dès la saison prochaine, dans d’autres villes de l’Hexagone et d’Outre-mer.

Pour plus d’informations :

 Consulter le site de La Chapelle du Verbe Incarné et le programme du TOMA (Théâtre d’Outre-mer en Avignon).

Lire aussi :

 Greg Germain : dans le théâtre français, la « diversité » n’est plus un gros mot