Présidence du Gabon : Ali Bongo paralysé, coup de force de Jean Ping ?

L'opposant gabonais, Jean Ping

L’opposant gabonais Jean Ping semble décidé à mettre à profit la dégradation sévère de l’état de santé du Président Ali Bongo, paralysé et en rééducation au Maroc, pour faire valoir se droits à la… Présidence de ce pays d’Afrique Centrale.

Jean Ping ne démord pas. Celui qui est officiellement arrivé en 2ème position derrière Ali Bongo Ondimba, à l’issue de la Présidentielle du 27 août 2016, veut prendre les rennes du Gabon, au moment où Ali Bongo Ondimba, l’actuel chef de l’Etat, victime d’un accident vasculaire sévère, gère sa rééducation au Maroc.

En effet, Jean Ping, qui ne cesse de contester les résultats du scrutin, veut s’adjuger la place de vainqueur. Il a, une nouvelle fois, invité les Gabonaises et les Gabonais à prendre leurs responsabilités. « Après des consultations intensives, je juge nécessaire de partager, avec le peuple, ce que doit être la direction à prendre et le cadre que j’ai défini en vue de conduire le Gabon vers sa nouvelle destinée. Je serai devant vous, à Nzeng-Ayong, ce samedi 15/12/2018 à 14:00 », a tweeté Jean Ping.

A lire : Gabon : Jean Ping cherche-t-il à destituer Ali Bongo ?

Ce n’est pas la première fois que Jean Ping tente un coup de charme à l’endroit du peuple gabonais. Un regard dans le rétroviseur nous renvoie à la date du 3 novembre dernier, alors que Jean Ping prononçait un discours solennel dans lequel il appelait les Gabonaises et les Gabonais au rassemblement autour de lui. C’était quelques jours seulement après les ennuis de santé du Président Bongo, alors que Libreville entretenait le flou sur ce qui était réellement arrivé au chef de l’Etat.

A lire : Gabon : la preuve qu’Ali Bongo est… paralysé

Maintenant que Jean Ping a la quasi-certitude que le dirigeant est absent du Gabon pour un long moment de rééducation, l’occasion est donc rêvé pour jeter son dévolu sur la direction du Gabon. A condition bien entendu qu’il réussisse à franchir la grande muraille qu’est Marie Madeleine Mborantsuo, gardienne de la… Constitution.