Obama : « Etre président des Etats-Unis c’est être président de tous les Américains »

Obama répond à Romney

Barack Obama a répondu à Mitt Romney. A 48 jours de l’élection présidentielle américaine, Mitt Romney a traité les 47% d’électeurs de Barack Obama de « victimes ». Le candidat républicain à la Maison Blanche a fait une gaffe qui pourrait lui coûter la présidence des Etats-Unis. Analyse.

Les gaffes de Mitt Romney, une aubaine pour Barack Obama. A 48 jours de l’élection présidentielle américaine, le candidat républicain à la présidence des Etats-Unis a encore fait un cadeau à l’occupant actuel de la Maison Blanche. Le postulant à la magistrature suprême a fait une gaffe, en traitant les 47% d’électeurs potentiels du président-candidat, de « victimes » assistés par la réforme de la santé.

Obama répond à Romney
Barack Obama a personnellement réagi ce mardi sur la télévision américaine. Le président-candidat déclare « Moi, quand j’ai gagné l’élection présidentielle en 2008, j’ai salué les 47% d’électeurs de John MacCain (le candidat républicain déchu) et j’ai dit que j’allais être le président de tous les Américains ». L’actuel occupant de la Maison Blanche, candidat à sa propre succession, a par ailleurs officialisé cette réaction sur Facebook, soulignant « Etre président des Etats-Unis c’est être président de tous les Américains ».

Romney : dérapage de trop ?

Mitt Romney, devancé dans les sondages par Barack Obama, en est pas à son coup d’essai en matière de dérapage verbal. Lors de sa dernière tournée européenne, le candidat républicain à la Maison Blanche avait pointé du doigt les problèmes de sécurité de la ville de Londres à la veille des Jeux Olympiques. En visite en Israël, l’ancien gouverneur du Massachusetts avait décrété Jérusalem comme la capitale de l’Etat hébreu. Plus récemment, le postulant à la magistrature suprême a reproché à Barack Obama de renier les valeurs américaines et de s’excuser auprès des hommes armés qui ont tué l’ambassadeur américain en Libye.

Ce nouveau dérapage de Mitt Romney, sur les 47% d’électeurs potentiels de Barack Obama, se télescope avec une autre bourde. Lors de la même réunion de récolte de fonds, au mois de mai, le candidat républicain à la Maison blanche affirmait « Les Palestiniens ne s’intéressent pas à la paix » avec Israël.

La presse américaine enterre Romney

Les quotidiens américains, même conservateurs, ont pour la plupart décrié les propos de Mitt Romney sur les 47% d’électeurs de Barack Obama. Une frange de la presse américaine a d’ores et déjà enterré les chances du candidat républicain de remporter la présidence des Etats-Unis. D’autant qu’il ne reste plus que 48 jours avant l’élection.

Cette sortie au vitriol de Mitt Romney rappelle les propos de Barack Obama, en 2008, sur les habitants de l’Etat de Pennsylvanie jugés racistes. Mais, cette intervention du candidat démocrate avait eu lieu 6 mois avant le scrutin et non pas à 48 jours du vote.

Une chose est sûre, Mitt Romney a cumulé trop de bourdes et de retard -à 5-6 points derrière Barack Obama- pour persister à s’aventurer sur un terrain glissant. Le prochain dérapage du candidat républicain lui sera fatal, et permettra au président-candidat démocrate d’être réélu à la tête des Etats-Unis.


Lire aussi :

 Obama gagne 4 à 5 points grâce à la convention démocrate

 Convention démocrate : les Obama jugés par la presse française

 Présidentielle américaine : « Les quinze prochains jours vont être décisifs »