Mohammed VI et Ali Bongo : destins similaires de deux chefs d’État

Mohammed VI et Ali Bongo
Le roi Mohammed VI et le Président Ali Bongo

Le roi Mohammed VI du Maroc et le Président Ali Bongo du Gabon sont deux chefs d’État dont l’amitié ne souffre d’aucun doute. Si Ali Bongo éternue, c’est que Mohammed VI est enrhumé et vice versa. Seulement, depuis près de deux ans, ces deux dirigeants inquiètent autour d’eux.

Entre Ali Bongo et Mohammed VI, c’est une longue histoire. Une relation que les deux hommes ont nouée alors qu’ils étaient encore étudiants. Depuis, ils ne se sont plus séparés. Dans les meilleurs, comme dans les pires moments. Durant leur magistère, les deux dirigeants n’ont pas hésité à se rendre mutuellement des visites de courtoisie. Avec des séjours marocains offerts à Bongo et des séjours gabonais à l’honneur de Mohammed VI.

Des ennuis de santé qui ont commencé en 2018

Seulement, depuis quelque temps, ce n’est la pêche pour aucun d’eux. Et curieuse coïncidence, leurs ennuis de santé ont commencé la même année : en 2018. Alors âgé de 54 ans, le roi Mohammed VI avait « présenté, le samedi 20 janvier 2018, un trouble du rythme cardiaque », avait précisé un communiqué officiel diffusé par l’agence marocaine MAP. Les médecins du roi avaient alors conclu à un « flutter auriculaire sur cœur sain ».

Lire : Gabon, Grosses révélations : AVC confirmé, Ali Bongo sous respiration artificielle

Ce qui avait valu au souverain une intervention chirurgicale dans une clinique de Paris, en France. Une opération subie « avec succès », selon l’équipe médicale royale. Celle-ci précisait que l’ablation par radiofréquence de cette arythmie, réalisée à la clinique Ambroise Paré à Paris a permis de « normaliser le rythme cardiaque ». Le début des ennuis de santé pour le souverain marocain qui subira par la suite d’autres interventions sur le même cœur.

Ali Bongo et les séquelles de son AVC

Seulement, la même année, son ami et frère Ali Bongo Ondimba, Président du Gabon, est victime d’un AVC. Le dirigeant, alors âgé de 59 ans, est rapidement hospitalisé en Arabie Saoudite, le 24 octobre 2018. Après près d’un mois passé à Ryad suite à son accident vasculaire cérébral, son état ne s’améliore pas. Mohammed VI prend alors les dispositions pour accueillir son ami au Maroc, afin qu’il y poursuive sa rééducation. A cette époque, l’état de santé d’Ali Bongo était très inquiétant.

Admis à l’hôpital militaire de Rabat, le Président gabonais parviendra à retrouver l’usage de la parole et une partie de sa motricité. Mais depuis lors, ce n’est un secret pour personne, Ali Bongo traîne des séquelles de son AVC. Certains se demandent même si le Président de ce pays d’Afrique Centrale n’a pas perdu la vue. Et depuis 2018, ses déplacements à l’étranger sont rares. C’est quasiment la même chose pour son frère Mohammed VI qui n’a plus la grande forme.

Mohammed VI a perdu de sa superbe

Opéré une nouvelle fois dans son palais à Rabat, le roi maigrit de jour en jour. L’on sait qu’en 2018, la nouvelle de sa séparation avec la princesse Lalla Salma s’est propagée. A ce jour, elle n’a ni été confirmée encore moins infirmée par les services royaux. Le couple royal ne s’affiche plus ensemble. D’ailleurs, la mère de Moulay El Hassan et Lalla Khadija a complètement disparu. Chagrin ou pas, Mohammed VI a perdu de sa superbe depuis quatre ans.

Lire : Maroc : Mohammed VI en France pour une nouvelle opération du cœur ?

Sa dernière apparition en public remonte au mardi 20 décembre, alors que le souverain recevait les Lions de l’Atlas. Ces derniers rentraient d’une belle expédition en terres qataries. Les joueurs marocains avaient réussi à se retrouver dans le carré d’as au Mondial 2022. Une première pour une équipe africaine d’arriver en demi-finale d’une Coupe du monde. Quant à Ali Bongo, traité de « zombie malade » par l’opposant Jean Ping, il compte briguer un nouveau mandat présidentiel. Le 24 décembre, il a été investi candidat par son parti, le PDG.