Mohammed V à Paris

Une place de Paris au nom de Mohammed V a été inaugurée vendredi par le roi actuel du Maroc et petit-fils de l’ancien souverain, Mohammed VI et par Jacques Chirac, président de la France. Un hommage dont sont fiers les Marocains de France qui n’ont pas manqué d’acclamer leur roi. Reportage.

C’est au pied de l’Institut du monde arabe, non loin de la Mosquée de Paris et de Notre-Dame, que la place Mohammed V a été inaugurée vendredi. Les Marocains de France, formant une foule éparse, sont venus voir leur roi Mohammed VI, accompagné par le prince héritier Moulay Rachid et ses trois soeurs, dévoiler en présence du président français, Jacques Chirac, la plaque au nom de l’ancien souverain. Un patronyme qui désignera désormais la place située en plein coeur de Paris.

 » Il n’est jamais trop tard pour célébrer la mémoire d’un grand homme « , avoue Miriam, impatiente de découvrir l’hommage. Celui qui fût sultan du Maroc de 1927 à 1957 et roi de 1957 à 1961 est en effet reconnu comme un souverain d’exception. Descendant des Alaouites, et rare personnalité étrangère à avoir reçu le titre de Compagnon de la Libération, il restera avant tout, pour les Marocains, le roi qui libéra le royaume chérifien du Protectorat français et offrit à la nation son Indépendance, le 2 mars 1956.

Hommage au libérateur

 » Je suis très ému. Mohammed V était un libérateur, un souverain très humain qui a beaucoup oeuvré pour le Maroc. Cette très grande figure politique méritait qu’on lui dédie une place à Paris. Aujourd’hui, les Marocains sont très heureux « , insiste Salim, quinquagénaire, venu fêter l’événement seul. Son hommage rejoint ceux de ses compatriotes amassés par dizaines le long des barrières de protection, en face des tribunes officielles, dont plusieurs brandissent des drapeaux marocains.

Vendredi, alors que la France célèbre officiellement le Maroc, la plupart ont en mémoire l’esprit d’ouverture et de tolérance de Mohammed V.  » C’est un grand honneur pour nous que cet hommage soit rendu à ce souverain qui a été un grand roi. Il a su s’élever contre les lois nazies et protéger les Juifs « , rappelle justement et avec beaucoup de fierté Zakaria, étudiant en sciences. Prise de position importante, que les officiels n’oublient pas d’évoquer.

Le roi est mort, vive le roi !

Mais, les Marocains sont autant réunis pour commémorer la mémoire de Mohammed V et lui rendre hommage que pour célébrer leur nouveau roi.  » Je suis surtout là pour Mohammed VI, plus que pour la plaque, même si ça me fait plaisir « , avoue Samia, rejointe par une femme de l’association du centre d’échange franco-musulman :  » Je suis très émue. Quand je vais le voir, je vais pleurer « . Plusieurs Marocaines de toutes générations entonnent, les yeux humides, une série de yous-yous à l’arrivée de Mohammed VI. Celui-ci, venu saluer ses fidèles, est accueilli par des salves répétées de  » aach el malik « ,  » vive le roi « . D’autres préfèrent profiter de l’événement pour remettre des lettres de doléances au souverain.

Après les discours de Bertrand Delanoë, maire de Paris, de Jacques Chirac et Mohammed VI, les hymnes nationaux des deux pays se mettent à résonner dans les oreilles et les coeurs des spectateurs qui manifestent leur émotion par des  » Vive le Maroc, vive la France. On vous aime « . Une banderole célébrant l’amitié franco-marocaine flotte alors dans le ciel nuageux de Paris.

Voir les photos

Mohammed VI et Jacques Chirac dévoilant la plaque.

La plaque commémorative.

Foule brandissant les drapeaux.

Mohammed VI et Jacques Chirac saluant la foule.

Les spectateurs.