Miss Black France, et puis quoi encore ?

Un concours de beauté pour valoriser la «la beauté black». Telle est la vocation de Miss Black France dont on se serait bien passé.

Miss Black France, le dernier-né des concours de beauté en France, donne rendez-vous aux « beautés noires » de l’Hexagone ce samedi 28 avril à Paris. Objectif de l’organisateur, le journaliste et animateur Frédéric Royer : « mettre à l’honneur la beauté black ». En d’autres termes et traduction faite : valoriser « la beauté noire ». Cher M. Royer, sachez que la «la beauté black » n’a pas besoin d’être mise en valeur, à l’instar des beautés jaune, blanche, verte ou orange.

Alors que depuis des siècles, l’on se bat pour ne jamais faire de la couleur de la peau, un signe distinctif pour quoi que ce soit, Miss Black France en fait son principal critère de sélection, outre la beauté, l’intelligence et l’attitude, selon Frédéric Royer. Exit par contre les critères liés à la taille et au poids. Dix-huit jeunes femmes noires de 17 à 28 ans sont en lice. Elles ont été choisies, après un casting, parmi 1000 candidates issues de toutes les régions de France. Espérons qu’elles seront les premières et ultimes candidates de ce concours de beauté qui sent le ghetto même si Frédéric Royer est prêt à accueillir toutes les femmes blanches qui voudront se présenter. Comme si Miss Black France n’était pas une dénomination assez explicite.

On ne peut pas prétendre valoriser des êtres humains en les enfermant dans une catégorie donnée. Toute référence aux Etats-Unis (histoire de comparer ce qui est comparable), où un concours comme Miss Black America existe, serait irrecevable. Il y a peut-être du racisme et de la discrimination en France, mais l’Hexagone n’est en rien comparable aux Etats-Unis en matière de droits civiques. Jusqu’à preuve du contraire, la France n’a jamais été un Etat ségrégationniste. Par ailleurs, Miss Black America est un acte militant et contestataire, un plaidoyer contre l’absence de Noires à Miss America qui a été porté par un Noir, soutenu par la plus célèbre organisation afro-américaine, la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP). En somme, contrairement à sa cousine française, Miss Black America a des circonstances atténuantes.

Pour résumer : Miss Black France est une initiative saugrenue, une coquille vide qui surfe sur un vrai malaise, celui des Français non caucasiens et notamment ceux qui ont la peau ébène. Au lieu d’aider à le surmonter, ce concours remue juste le couteau dans la plaie. Stop à ces vraies fausses bonnes idées qui ne font pas avancer la cause : la lutte contre le racisme. Miss Black France, et puis quoi encore ?« Tchrrrou», comme dirait l’autre !