Maroc, les mesures « arbitraires » de Mohammed VI dénoncées

Mohammed VI
Le roi du Maroc, Mohammed VI

Ils sont de nombreux Marocains qui ont dénoncé les mesures « arbitraires » mises en place par le gouvernement du roi Mohammed VI, s’agissant notamment du pass vaccinal.

Si le roi du Maroc, Mohammed VI, a été fortement acclamé, depuis l’apparition de la pandémie de Coronavirus, avec des mesures populaires prises par le souverain pour éviter une situation apocalyptique au royaume, ce n’est plus le cas depuis quelques jours. En cause, la façon dont l’imposition du pass vaccinal a été mise en place.

Ils ont donc été nombreux les Marocains à dire leur désaccord face à cette mesure prise par le gouvernement. C’est à travers une pétition qu’un collectif a dénoncé la mise en place « arbitraire » du pass vaccinal, pointant « un manque de communication de la part du gouvernement et un manque de respect des préoccupations ou de la coercition de certains citoyens ».

Plaidant pour un délai pouvant permettre aux non-vaccinés de s’adapter à la nouvelle décision gouvernementale, les signataires déplorent le fait qu’aucune communication n’a été faite au préalable. Ils appellent les autorités marocaines à commencer par mettre en place « un délai de préavis ou un moratoire de deux mois concernant l’imposition du pass vaccinal ».

Les pétitionnaires d’interpeler que « la vaccination n’ayant jamais été obligatoire, il est incompréhensible que la liberté de mouvement et les droits des citoyens soient restreints sans être informés dans des délais raisonnables ». A cet effet, ils demandent au roi Mohammed VI d’instruire son gouvernement d’ouvrir « un débat national serein et dépassionné sur la gestion de la crise sanitaire ».

Rappelons qu’à compter de ce jeudi 21 octobre, l’accès aux administrations se fera après présentation du pass vaccinal, y compris pour les fonctionnaires. Cette mesure prend en compte tous les lieux publics. Hier, mercredi, des circulaires ont été envoyés par les différents ministères à leurs services centraux et extérieurs, leur faisant part de l’obligation de disposer du pass vaccinal pour accéder aux lieux publics.

Mieux, rapporte le quotidien Assabah, les fonctionnaires des établissements publics, semi-publics et privés doivent également présenter le pass vaccinal avant d’accéder à leurs bureaux. Des mesures jugées brusques, sans consensus, donc « arbitraires » par une partie des Marocains.

A libre : Mohammed VI donne une leçon à Emmanuel Macron sur la gestion de la crise du Covid-19