Maria Mutola : Championne toutes catégories

Maria Mutola a remporté, vendredi à Bruxelles, la dernière course de la Golden League qui lui manquait pour réaliser le Grand Chelem. L’indétrônable reine du 800 mètres rafle un million de dollars, la récompense pour l’exploit accompli. L’athlète Mozambicaine reversera une partie de son gain au bénéfice d’actions sportives et humanitaires.

Tout simplement exceptionnelle. Maria Mutola a remporté, vendredi à Bruxelles, la sixième et dernière étape de la Golden League. La coureuse mozambicaine était sortie victorieuse des cinq autres meetings internationaux (Oslo, Saint-Denis, Rome, Berlin et Zürich). Un exploit qu’elle réalise pour la première fois. La récompense pour avoir été la seule à gagner le Grand Chelem est de taille : elle empoche la totalité de la récompense d’un million de dollars.

Reine du double tour de piste

Pour beaucoup, ses succès semblaient courus d’avance. Les médias ont encensé la triple championne du monde en plein air, la pronostiquant vainqueur à chaque compétition. Certains se demandent même si la Mozambicaine a réellement des concurrentes à sa mesure. Aucune coureuse n’a pu la détrôner depuis près d’un an.

Pas de quoi faire tourner la tête à la médaillée olympique de 30 ans. Après avoir franchi la ligne d’arrivée en Suisse, en août dernier, elle déclarait d’ailleurs : « Ce n’était qu’une course comme tant d’autres. Ce que je sais par contre, c’est que la plus difficile, celle des Mondiaux de Paris, est encore devant moi… » La suite, on la connaît. Elle s’est imposée sur cette course, et les suivantes. L’humilité est donc un maître mot. Le fair-play aussi. Lorsqu’elle a ravi, à Paris, la médaille d’or à Kelly Holmes, la reine du double tour de piste n’a pas manqué de souligner que son adversaire n’était pas au meilleur de sa forme.

Le cœur sur la main

Des qualités sportives et humaines qui n’ont pas échappé à ses compatriotes. A Maputo, la capitale mozambicaine, une statue de Maria Mutola a été érigée. Une rue et un stade portent son nom. Peut-être une façon de remercier l’athlète de l’attachement qu’elle porte à sa terre natale. Issue d’une famille pauvre, elle a créé une fondation qui finance des actions sportives et humanitaires au Mozambique. Une partie du million qu’elle vient d’empocher devrait notamment servir à moderniser les infrastructures sportives et permettre à une jeune espoir de s’entraîner aux Etats-Unis. Une façon d’exploiter les potentiels dont regorge le pays.

A l’échelle du continent, Maria Mutola se trouve être l’une des seules sportives de haut niveau à participer aux compétitions organisées. Avec succès. Elle a été sacrée quatre fois championne d’Afrique. Son nouveau challenge sera la finale des mondiaux d’athlétisme à Monaco les 13 et 14 septembre prochains. Mais bien des regards sont tournés vers les Jeux Olympiques d’Athènes de 2004. Beaucoup espèrent la voir remporter une autre médaille d’or. La déception pourrait être au bout de la piste : Maria Mutola aurait assuré qu’elle ne participerait pas à la compétition. Une annonce à prendre avec précaution, toutefois. Il y a un peu plus d’un an, la spécialiste du 800 mètres avait déjà déclaré mettre fin à sa carrière internationale.

Lire aussi :

 Maria Mutola, l’heure de la retraite

 Olympique Mutola