Liberia : deux nouvelles personnes testées positives au virus Ebola

Au Liberia, deux nouvelles personnes ont été testées positives au virus Ebola, selon les autorités sanitaires, ce mercredi, après l’annonce, la veille, d’un premier décès des suites de la fièvre hémorragique, depuis la fin de la maladie déclarée, le 9 mai dernier, par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Après l’annonce, mardi, d’un premier décès dû au virus Ebola depuis plus de trois mois, les autorités sanitaires du Liberia ont indiqué, ce mercredi 1er juillet 2015, avoir testé positif à la fièvre hémorragique deux personnes de plus.

Les deux nouveaux malades ont été en contact avec l’adolescent de 17 ans dont la mort a été annoncée mardi, rapporte Le Figaro. La ministre de la Santé, Bernice Dahn, avait prévenu des risques d’apparition de cas supplémentaires, après la première mort, depuis plus de trois mois, des suites du virus. Le vice-ministre de la Santé, Tolbert Nyensuah, avait indiqué que toutes les personnes ayant été en contact avec l’adolescent avaient été placées en quarantaine pour être soumises à des examens médicaux.

La fin de l’épidémie annoncée officiellement le 9 mai par l’OMS

Le jeune homme serait tombé malade le 21 juin et aurait succombé le 24 du même mois, trois jours après, selon la presse locale. Le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Ban Ki-moon, avait adressé une lettre, lundi dernier, à la Présidente libérienne dans le but de la féliciter des efforts accomplis pour mettre fin à l’épidémie. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait déclaré la fin officielle de l’épidémie le 9 mai dernier, 42 jours après l’enterrement, le 28 mars, du dernier cas connu, ce qui correspond à deux fois la durée de la période d’incubation du virus.

Le Liberia apparaissait confiant sur l’éradication de la maladie. Le pays avait même lancé, le 17 juin dernier, un programme visant à étudier les symptômes développés par les personnes ayant survécu à la fièvre hémorragique. Près de 1 500 survivants du virus Ebola et 6 000 personnes de leur entourage devaient y participer.

Officiellement, la fièvre hémorragique aurait causé la mort de 4 800 personnes depuis le mois de mars 2014, quand s’est répandu le virus dans le pays. Apparu en Guinée, en décembre 2013, Ebola aurait causé la mort de 11 200 personnes, selon l’OMS, qui avoue que ce bilan est certainement inférieur à la réalité.