Le Sahara algérien à l’honneur du National Geographic


Lecture 4 min.
Gravure rupestre Algérie @Sébastien Cailleux
Gravure rupestre Algérie @Sébastien Cailleux

Le désert du Sahara, cette immense étendue de sable et de solitude, recèle en son sein des trésors d’une valeur inestimable.  Le magazine de référence américain National Géographic, consacre son numéro de février à l’art rupestre, témoignage silencieux des sociétés préhistoriques qui ont peuplé cette partie de l’Algérie il y a des milliers d’années. Ces œuvres d’art, gravées ou peintes sur les parois rocheuses des grottes et des abris sous roche, offrent un aperçu fascinant sur la vie, les croyances et les cultures de nos ancêtres.

L’Art rupestre du Sahara : Fenêtre sur un monde préhistorique

Couv National Geographic Algérie
Couv National Geographic Algérie

L’art rupestre du Sahara date de différentes périodes préhistoriques, s’étendant de 12 000 avant J.-C. jusqu’à l’ère chrétienne. Les styles et les sujets varient considérablement, reflétant les changements climatiques, environnementaux et sociaux qui ont marqué le Sahara au cours des millénaires. Dans le désert d’Algérie on trouve des figures humaines dansantes, aux animaux sauvages, en passant par les scènes de chasse et les symboles mystérieux, chaque fresque est une page d’histoire gravée dans la pierre. Dans son numéro de février 2024, National Geographic France cite l’archéologue français Henri Lhote, qui, dans son livre À la découverte des fresques du Tassili, qu’il considérait la région comme « le plus grand musée d’art préhistorique du monde ».

Des Témoignages de Changements Climatiques

Les peintures et gravures rupestres sont de précieux indicateurs des changements climatiques survenus dans le Sahara. Les premières œuvres dépeignent une faune abondante et variée, signe d’un climat autrefois beaucoup plus humide qu’aujourd’hui. Éléphants, hippopotames, antilopes, et même poissons illustrent la richesse de la faune saharienne d’antan. Au fil du temps, l’assèchement progressif du climat est reflété par un changement dans les thèmes artistiques, qui commencent à représenter des scènes de pastoralisme et des animaux domestiques.

Elephant désert Algérie @Sébastien Cailleux
Elephant désert Algérie @Sébastien Cailleux

Un Art Diversifié et des sites remarquables

L’art rupestre saharien se distingue non seulement par sa variété thématique mais aussi par ses techniques artistiques. Les peintures utilisent des pigments naturels, tels que l’ocre, le charbon et le manganèse, pour créer des nuances de rouge, noir, et blanc. Les gravures, quant à elles, sont réalisées par piquetage, incision ou abrasion, témoignant d’un savoir-faire technique remarquable.

Parmi les sites d’art rupestre les plus célèbres du Sahara, on compte Tassili n’Ajjer en Algérie, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, qui abrite plus de 15 000 dessins et gravures datant de 6000 av. J.-C. à l’ère chrétienne. Le parc national de l’Ahaggar, également en Algérie, et l’Ennedi au Tchad, sont d’autres exemples éloquents de la richesse artistique préhistorique du Sahara.

Enjeux de conservation

gravure femme désert Algérie @Sébastien Cailleux
gravure femme désert Algérie @Sébastien Cailleux

La préservation de ces œuvres est aujourd’hui un défi majeur. Les menaces sont multiples : érosion naturelle, actes de vandalisme, et même l’exploitation minière. Les efforts de conservation se heurtent à la difficulté d’accès à ces sites, souvent situés dans des zones reculées et parfois inhospitalières. Cependant, la reconnaissance de leur valeur universelle encourage des initiatives internationales pour leur protection et leur étude. D’autre part, le développement du tourisme est aussi une façon d’apporter des ressources financières aux habitants du désert, ce qui permet aussi de faciliter la conservation du patrimoine.

L’art rupestre du Sahara est un patrimoine mondial exceptionnel, offrant un aperçu unique sur les sociétés préhistoriques qui ont survécu et prospéré dans l’un des environnements devenu parmi les plus extrêmes de la planète. Plus qu’une simple curiosité artistique, ces œuvres sont un lien vital avec notre passé commun, rappelant l’ingéniosité et la résilience de l’esprit humain face aux défis de la nature.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter