Le Rwanda lance son propre fonds de développement

Lancé officiellement ce jeudi, le fonds de développement surnommé « Dignité » devrait permettre de lutter contre la pauvreté et aider au renforcement économique du pays. Les autorités rwandaises affirment qu’il n’y a pas de lien entre ce dispositif et la décision de certains pays étrangers de suspendre leur aide au développement à Kigali.

L’objectif est de permettre au pays d’être plus autonome vis à vis de l’aide étrangère, explique l’AFP. Kigali a lancé jeudi un fonds de développement qui permettra de lutter contre la pauvreté et aidera au renforcement économique du pays.

La société civile, les entreprises mais aussi la population rwandaise et la diapora sont invitées à alimenter ce fonds. Un site Internet lui sera dédié et un système de paiement par carte de crédit, mis en place (il sera aussi possible de faire des virements et de régler par SMS).

Créé en novembre, mais officiellement lancé cette semaine, ce fonds de développement voit le jour alors que plusieurs pays ont suspendu leur aide au Rwanda. Une situation qui fait suite aux accusations de l’ONU concernant le supposé soutien de Kigali aux mutins du M23 en République démocratique du Congo (RDC).

Aucun lien avec la suspension de l’aide internationale

Les autorités rwandaises estiment cependant qu’il n’y a pas de lien entre le lancement de ce fonds et la suspension, récente, de l’aide en provenance des Etats-Unis, Pays Bas, Suède et Allemagne. Ce qui n’a pas empêché le président rwandais, Paul Kagamé, d’estimer que « le Rwanda est maltraité, harcelé par le monde entier » et que ce fonds devrait aider le pays à « lutter contre l’injustice » dont il est victime aux yeux de Kigali.

Pour le président rwandais, ce fonds, nommé « Agaciro » (« Dignité » en kinyarwanda, langue officielle du pays), viendra en « complément » de l’aide internationale au développement. Pour lui, le soutien des pays étrangers ne suffira de toute façon pas et Kigali aura besoin d’un « apport additionnel ». L’existence de ce dispositif ne devrait pas, selon le président, modifier les relations du Rwanda avec ses partenaires extérieurs.

Lire aussi :

 RDC : Kinshasa réclame de vraies sanctions contre Kigali

 RDC : 500 000 déplacés en direction de Goma

 Rwanda : Kagamé visé par une plainte à la CPI