Le projet « Kony 2012 » mobilise les réseaux sociaux

De nombreux internautes ont reçu ou ont pu visionner ces derniers jours la vidéo de la campagne baptisée « Kony 2012 », réalisée par l’association Invisible children. Cette vidéo, fortement critiquée, appelle à l’arrestation et à la traduction en justice pour crimes contre l’humanité de Joseph Kony, chef des rebelles de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA).

Un conflit vieux de 26 ans, passé sous silence, fait désormais le buzz sur la Toile. En Ouganda et au Soudan, des dizaines de milliers d’enfants ont été enlevés pour être transformés en petits soldats. Parmi eux, nombreux sont ceux qui ont été violés, torturés et tués. Tous ces crimes relèvent de la responsabilité d’un homme : Joseph Kony. Il figure dans la liste des criminels de guerre les plus recherchés par la Cour pénale internationale (CPI). Né en 1961 à Odek, au nord de l’Ouganda, il est le chef des rebelles de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) et son objectif est de renverser le Président ougandais, Yoweri Musuveni, en vue d’installer un système théocratique dont les fondements puisent leurs sources dans la Bible et les Dix Commandements. Selon Amnesty International, en 2006, 25 000 garçons ont été enrôlés dans l’armée de la LRA.

Pour l’association Invisible Children, il est temps de mettre un terme définitif à tout cela. L’ONG a créé un « >film-documentaire de 30 minutes, « Kony 2012 », publié sur Internet le 20 février afin d’alerter et sensibiliser l’opinion publique. Le pari semble réussi. Déjà plus de 65 millions de vues en cinq jours sur Youtube. « Kony 2012 » envahit de plus en plus les réseaux sociaux. D’ailleurs, le film annonce la couleur dès ses premières minutes : « Aujourd’hui, il y a plus de gens sur Facebook qu’il y a 200 ans sur la Terre entière ». L’association compte sur les réseaux sociaux pour faire tourner l’information.

Une propagande soutenue par des stars

Jason Russel, l’auteur du film, s’est rendu en Ouganda en 2003 où il a rencontré le petit Jacob. Le jeune garçon raconte son histoire. Il a été enrôlé dans l’armée de la LRA et a vu son frère se faire tuer par les hommes de Kony pour avoir tenté de s’échapper. Et lorsque Jacob affirme qu’il préfèrerait mourir plutôt que d’être ici, Russel lui promet alors de tout mettre en œuvre pour faire cesser les enlèvements d’enfants par la LRA. Sauf que pour le gouvernement américain, Kony n’est pas une menace pour les États-Unis, et de plus il n’y a aucun intérêt économique dans ce conflit. Russel crée alors Invisible Children pour incarner son combat et le médiatiser.

Joseph Kony est depuis 2005 sous mandat d’arrêt de la CPI. Les médias n’en voulaient pas, le gouvernement américain ne s’est jamais mobilisé, Facebook et Youtube l’ont accueilli à bras ouverts. Le projet « Kony 2012 » est devenu en quelques heures l’événement du moment, au point de susciter un regain d’intérêt dans la presse. De nombreux politiques et célébrités ont apporté leur soutien au projet. C’est le cas de Rihanna, Oprah Winfrey, Bill Gates ou encore Georges Clooney. Toutefois, les critiques fusent.

Une vision manichéenne

Les détracteurs du projet reprochent à Jason Russel d’exagérer les actions de Joseph Kony, d’offrir au monde une vision trop manichéenne du conflit, d’avoir trop scénarisé son reportage et d’en avoir fait plus un film qu’un documentaire. Invisible Children se défend en expliquant que 26 ans de conflit ne peuvent qu’être résumés dans une vidéo de 30 minutes. Il est également reproché à l’association de n’utiliser qu’un tiers de leurs revenus sur place. Le reste servirait aux voyages entre l’Ouganda et les États-Unis, ainsi qu’au financement des salaires des employés de l’association. Suite à ces accusations, Invisible Children a décidé de rendre transparent l’ensemble de ses finances et de ses comptes sur son site Internet.

« Kony 2012 » continue pour sa part de faire le buzz. Le but étant pour l’association que 2012 soit une année décisive pour le conflit ougandais. Le projet risque donc de faire parler de lui encore longtemps. D’autant plus qu’une action coup de poing d’Invisible Children est en préparation pour la nuit du 20 avril prochain : « Cover night ». L’association invite les citoyens du monde entier à couvrir les murs de leur ville de posters « Kony 2012 ».

Lire aussi :

 Joseph Kony veut faire la paix

 Ouganda : les rebelles de la LRA jugent que la CPI est un obstacle à la paix

 Joseph Kony recherché pour avoir exploité 50 « esclaves sexuelles »

 RDC : Joseph Kony sème la terreur dans l’est du pays