Le Kenya déploie des mesures de sécurité draconiennes

La visite du président kényan à Mombasa pour l’inauguration d’un navire militaire a conduit à la mise en place d’un important dispositif de sécurité. Cette visite se fait dans un contexte tendu suite aux récentes échauffourées qu’a essuyées la ville ces derniers jours.

Au vu d’une situation qui demeurait tendue dans la cité côtière kényane de Mombasa, deuxième ville de la principale puissance d’Afrique de l’Est, la sécurité était primordiale pour la visite du président Mwai Kibaki. D’importantes forces de sécurité ont donc été déployées ce mercredi 29 août pour la visite du Président kényan attendu pour l’inauguration d’un navire militaire. La mise en place du dispositif fait suite aux deux dernières journées d’émeutes meurtrières qu’a essuyées la ville.

En effet, lundi, l’assassinat d’un prêcheur musulman radical, Aboud Rogo Mohammed, accusé de collaborer avec les insurgés islamistes de Somalie avait déclenché des émeutes dans la localité. Aussi, après l’attaque mardi contre un camion de police à Mombasa, deux policiers étaient morts des suites de leurs blessures et seize autres personnes avaient été grièvement blessées.

Des tensions qui perdurent

Des affrontements ethniques, dans la nuit de mardi 21 à mercredi 22 août, avaient déjà causé la mort de 48 personnes : 31 femmes, 11 enfants et 6 hommes. Ils auraient été victimes d’un massacre commis par des hommes armés. Cette attaque ethnique rappelle celle de 2001 qui avait fait cent morts à la suite des violences entre les deux communautés kényanes des Pokomo et des Orma.

Les mesures de sécurité draconiennes auront été efficaces sur une journée mais reste à voir si elles porteront leurs fruits à plus long terme.

Lire aussi :

 Les salaires faramineux des députés kényans

 Le « mail-sms » débarque sur les mobiles africains